Virtu boss claque "stupide" régulateur français pour 2015 amende

Le PDG de l'une des plus importantes maisons de commerce du monde a fustigé la «stupidité» du régulateur financier français à cause d'une amende que sa société a reçue en 2015.

Doug Cifu, PDG de Virtu Financial, a critiqué L'Autorité des marchés financiers (AMF) à la conférence TradeTech à Paris jeudi

. Ses commentaires concernaient la décision de l'AMF de condamner Virtu à 5 M € en décembre 2015 pour "manipulation de marché et ignorance des règles du marché Euronext". Accusé le régulateur de ne pas comprendre le rôle des teneurs de marché, qui offrent continuellement des prix pour fournir de la liquidité aux investisseurs désireux de négocier.

"Nous avons été condamnés par l'AMF à la bêtise, non par nous mais par eux" »

Cifu, un avocat de formation, a ajouté:« C'est génial quand vous êtes déposé par un organisme de réglementation et que vous ne comprenez pas ce que signifie la création de marchés. »

L'AMF a été contacté pour commentaires. [19659002] L'AMF a déclaré à l'époque que Madison Tyler, une société de négoce propriétaire acquise par Virtu pour 1 milliard de dollars en 2011, avait enfreint les règles du marché avec le nombre de fois qu'elle changeait de cours acheteur et vendeur sur Euronext

La modification rapide des cotations est caractéristique des entreprises productrices de marché. Ils profitent en récupérant la différence entre ces prix, connus sous le nom de spread.

Mais l'AMF a dit à l'époque que les pratiques commerciales de Madison Tyler impliquaient «d'énormes volumes de messages extrêmement rapides» dans les carnets de commandes et indications fausses ou trompeuses quant à l'offre et la demande de ces instruments financiers, constituant une manipulation de marché. "

Virtu a fait appel de sa pénalité qui a ensuite été réduite à 3 M €. Euronext a également été condamné à une amende

L'amende a été levée dans un débat animé, en partie par le livre de Michael Lewis en 1945 Flash Boys sur l'inclinaison des marchés boursiers en faveur des entreprises à haut débit. utiliser des algorithmes sophistiqués pour échanger en fractions de seconde.

Pour contacter l'auteur de cette histoire avec le feed-back ou les infos, email Samuel Agini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *