Voluntis : faut-il participer à l’introduction en Bourse de cette biotech digitale ?

À mi-chemin entre un éditeur de logiciels et une biotech, Voluntis vise 50 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021. Elle espère lever 32 millions d’euros en Bourse. Avec votre aide ?

Dix-sept ans après sa création, Voluntis veut s’introduire sur le compartiment C d’Euronext.

L’entreprise se présente comme une digital biotech, un concept qui a récemment émergé aux États-Unis pour désigner les biotechs développant des thérapies basées sur les technologies numériques.

Voluntis a déjà créé deux logiciels destinés à améliorer le traitement des personnes diabétiques, Insulia et Diabeo. Ces applications pour smartphones permettent, entre autres, aux patients d’envoyer à leur médecin des informations telles que leur taux de glycémie ou leur fréquence de prise d’insuline, puis de recevoir des consignes pour optimiser leurs soins.

Un pari risqué

La société met également au point d’autres logiciels en oncologie. Visant un excédent brut d’exploitation positif en 2020, elle espère aujourd’hui lever plus de 32 millions d’euros pour lui permettre d’accroître ses forces de vente, notamment.

À mi-chemin entre une biotech et un éditeur informatique, Voluntis a l’avantage d’avoir noué des partenariats avec de grands laboratoires (Sanofi, Roche, Astrazeneca, etc.). 

En outre, Diabeo est déjà autorisé dans l’Union européenne et les premières ventes d’Insulia sont attendues cette année aux États-Unis.

Voluntis vise 50 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, générés par des ventes en direct et par des redevances.

L’action a du potentiel mais le pari est risqué : les performances commerciales des prochains trimestres seront cruciales. À réserver aux investisseurs avertis.

Souscrivez à l’introduction en Bourse de Voluntis.


Modalités d’introduction

Calendrier : clôture de l’offre le 28 mai. Prix fixé le lendemain et première cotation le 1er juin.

Procédure : 2,15 millions d’actions seront émises, soit une augmentation de capital de 32,3 millions d’euros en milieu de fourchette, hors clause de surallocation (322.500 actions).

Prix : de 13,50 à 16,50 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *