Paris: en légère hausse après une rafale de chiffres US

(CercleFinance.com) – La Bourse de Paris n’enregistre pas de variation notable après la publication d’une rafale de chiffres US à 14H30: le CAC40 progresse de +0,3% à 5.470, ce qui lui assure un gain de +1,1% cette semaine (qui est également la 5ème de hausse consécutive).

Paris est largement devancé par Francfort qui gagne +0,9%, ce qui contribue largement à la progression de +0,4% de l’Euro-Stoxx50 (à 3.520Pts)

La première estimation du PIB américain est ressortie à +2.3%, contre +2% anticipé, et +2.9% précédemment (meilleure performance pour un premier trimestre depuis 2015).

L’autre donnée jugée cruciale concernait les revenus salariés: ils progressent de +0,9% en moyenne (du jamais vu depuis le 1er semestre 2008), les ‘coûts salariaux’ grimpent de +0,8%.

Le chiffre de l’inflation ‘PCE’ (le plus suivi par la FED) s’élève à +1,8%, en hausse de +0,1% par rapport au T-4 2017.

Les économistes prévoyaient un ralentissement à 2% de la croissance du PIB américain en rythme annuel, après une croissance de 2,9% lors des trois derniers mois de 2017, sous l’effet notamment d’une consommation et d’investissements un peu moins dynamiques que prévu.

Il reste à prendre connaissance du ‘PMI’ de Chicago et de l’indice de confiance des consommateurs du Michigan pour avril.

Mais d’ores et déjà, le Dollar s’adjuge +0,4% à 1,2070/E et la bonne nouvelle, c’est que les taux ne bronchent pas et le ’10 ans’ US se stabilise vers 2,975%, le Bund s’améliore même légèrement à 0,585%.

En Europe, et d’après les données préliminaires de l’Insee, le PIB français a progressé de seulement 0,3% au premier trimestre contre une hausse de 0,7% au ‘T4’ 2017.

Il s’agit de la croissance la plus faible depuis le 3ème trimestre 2016, la consommation des ménages a fortement ralenti en mars, progressant de seulement 0,1% après +2,5% en février, elle stagne sur les 3 premiers mois

Actualité très chargée par ailleurs sur le front des publications: Chevron bat le consensus avec 1,9$ par titre (1,4$ anticipé), le chiffre d’affaire déçoit à 37,76Mds$ contre 41Mds$ attendu. Les résultats d’EXXON-Mobil tutoient juste le consensus.

En hausse de 5,3%, le titre Capgemini domine le CAC40 au lendemain de l’annonce d’un chiffre d’affaires de 3,15 milliards d’euros au titre du premier trimestre de son exercice, en croissance de 1,2% à changes courants et de 7,2% à devises constantes.

L’ESN anticipe par ailleurs une accélération de sa croissance cette année avec une progression du chiffre d’affaires à taux de change constants comprise entre 6 et 7%, une amélioration de la profitabilité avec une marge opérationnelle comprise entre 12 et 12,2% ainsi qu’un free cash-flow organique supérieur à 1 milliard d’euros.

Son premier poursuivant Saint-Gobain s’adjuge quant à lui 3% au lendemain de la publication d’un chiffre d’affaires du premier trimestre de 9,76 milliards d’euros, en augmentation de 1,6% à structure et changes comparables. Le groupe a au surplus confirmé son objectif d’une nouvelle progression du résultat d’exploitation à structure et taux de change comparables à fin 2018.

Les points d’activité d’Essilor (-1,3%), qui a déploré une baisse de 5,8% de ses revenus au premier trimestre à données publiées à environ 1,83 milliard d’euros, de Sanofi (-1,7%), qui a vu son BNPA IFRS fondre de 82% sur cette même période en raison de la plus-value liée à la cession de la santé animale en 2017 à 0,81 euro, et de Renault (-3,9%, plus mauvaise performance du CAC 40), dont le chiffre d’affaires de 13,16 milliards d’euros, stable (+0,2%) en données publiées et en progression de 5,4% à taux de change et périmètre constants, s’est révélé inférieur aux attentes, sont en revanche fraîchement accueillis.

Enfin, sur le SBF 120, on notera les bonnes tenues de SES, qui flambe de 10,5% et est largement tête du palmarès après son point d’activité, et de SPIE (+4,8%), dont l’EBITA est ressorti à 55,1 millions d’euros au titre du premier trimestre, en hausse de 4,4% par rapport au niveau pro forma de la même période en 2017. Manitou (+8,5%) a dévoilé un C.A en hausse de +21 à 461MnsE et anticipe plus de 15% de progression en 2018.

Déception cependant pour Rexel, qui dévisse de 6% dans le sillage d’un repli de 3,9% de son résultat net trimestriel.

Bryan Garnier initie une couverture de Fnac Darty avec une recommandation ‘achat’ et une valeur intrinsèque (‘fair value’) fixée à 104 euros, mettant en avant ‘l’excellence opérationnelle’ du groupe de distribution spécialisée. ‘Par le passé, les investisseurs achetaient un dossier de redressement qui est désormais achevé’, reconnait l’intermédiaire financier, ajoutant que Fnac Darty se situe aujourd’hui dans un marché de faible croissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *