BlackBerry ou BlackBerry ? Pour elle, le clavier physique est une obligation

Nous avons pu discuter avec Margot, une jeune femme forcée d’utiliser des smartphones avec clavier physique, car son hyperhidrose l’empêche de se servir correctement d’un écran tactile.

La quête d’un nouveau smartphone est forcément soumise à des critères de sélection. Budget, autonomie, photo, design… En fonction du profil du consommateur, celui-ci accordera sa préférence à tel ou tel appareil. Mais dans l’immense majorité des cas, même en appliquant plusieurs filtres, l’offre du marché est si forte que l’utilisateur aura le choix entre un bon nombre de produits pour trouver celui qui lui convient.

Or, sur les smartphones d’aujourd’hui, il y a une constante quasi omniprésente : l’écran tactile. On parle donc régulièrement de technologies d’affichage (OLED, LCD…), mais aussi de diagonale, définition, résolution ou ratio. Et dans un tel contexte généralisé, on a tendance à oublier que tous les utilisateurs ne peuvent pas forcément utiliser un écran tactile.

Écran tactile impossible

Du moins, c’était mon cas. Mais j’ai récemment pu discuter avec Margot R., une jeune femme de 24 ans, étudiante en Master Journalisme. Cette dernière représente un cas assez particulier dans le monde des smartphones puisqu’elle est forcée d’utiliser un clavier physique.

Pourquoi ? Margot est atteinte d’hyperhidrose. Autrement dit, elle est sujette à un excès de transpiration, notamment au niveau des mains, ce qui l’empêche d’utiliser correctement un écran tactile.

BlackBerry Q5

On a tous déjà vécu ce moment ultra agaçant où l’on tente d’utiliser l’écran tactile de son téléphone sous une averse et que celui-ci ne réagit pas du tout correctement. C’est en quelque sorte la situation de Margot au quotidien. « Je n’ai jamais pu m’en servir. Il m’est arrivé une fois d’avoir envie de jeter un smartphone contre le mur parce que je n’arrivais pas à envoyer un message », raconte-t-elle.

Elle n’a donc jamais possédé un terminal avec écran tactile. « J’ai d’abord eu un téléphone à clapet quand j’étais plus jeune. Ensuite, je suis passé à un Nokia N97 Mini avec un clavier coulissant dont j’étais très fière ». Et elle a ensuite opté pour un BlackBerry Q5, un modèle qu’elle utilise encore aujourd’hui. « Et il rame », souffle-t-elle, désabusée.

Nokia N97 Mini

Les smartphones BlackBerry semblent d’ailleurs être le choix par défaut. « C’est cher, mais cela reste la solution la plus accessible, que l’on trouve facilement », explique Margot. Elle n’est pas sans savoir que, même si c’est de plus en plus rare, d’autres marques ont déjà proposé des modules de claviers physiques à acheter en complément de leurs smartphones (Samsung par exemple sur son Galaxy S6 Edge), mais elle ne semble pas convaincue et ajoute en outre que « cela rend le smartphone plus épais ».

Maps sur mon téléphone est une torture

Mais elle tient à préciser qu’elle n’a aucun attachement particulier à BlackBerry. En plus, son appareil actuel tourne sous BlackBerry OS, un système d’exploitation « trop dépassé ». « Je n’ai pas de réseaux sociaux [pas tous]pas d’applications de transports du type Uber, et Maps sur mon téléphone est une torture ».

Le BlackBerry Q5 actuel de Margot

Il s’agit là d’un vrai handicap, d’autant plus qu’elle doit habiter à Paris pendant quelques mois et qu’il est facile de se perdre dans les rues ou le métro de la capitale sans les applications adéquates. C’est pourquoi, en plus du clavier physique, Android est également un critère essentiel pour Margot. Elle va d’ailleurs bientôt commencer un CDD qui lui permettra de s’acheter le BlackBerry KEYone (sous Android donc) à plus ou moins 500 euros.

« C’est déprimant parce que je suis obligée de mettre beaucoup d’argent dans un smartphone. Je ne peux pas m’en passer, c’est un objet de la vie de tous les jours. Mais je ne peux pas faire comme les autres et me tourner vers des appareils pus abordables à 200 euros par exemple », explique Margot.

Et le Mode Gant ?

Je lui demande alors si elle a déjà testé le Mode Gant disponible sur certains smartphones Android et qui permet d’augmenter la sensibilité de l’écran tactile. Elle avoue qu’elle ne connaissait pas cette option. Peut-être que cela lui permettra de régler le problème. Rien n’est sûr, mais cela vaut le coup d’essayer !

À lire sur FrAndroid : Test du BlackBerry KEYone : enfin un smartphone sortant du lot !

KEYone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *