Le rythme de l’inflation en France quasi stable en avril

Dans le détail sans arrondi, l’indice des prix à la consommation (IPC) a en fait très légèrement accéléré, avec une hausse de 1,56% sur les douze mois à fin mars contre +1,61% à fin avril.

L’indice des prix harmonisés IPCH, qui permet les comparaisons avec les autres pays de la zone euro, s’inscrit quant à lui en hausse de 1,8% sur un an (après +1,7% fin mars), dépassant légèrement les attentes des économistes interrogés par Informations entreprises, qui tablaient sur +1,7% en moyenne.

Le rythme de l’inflation IPCH, qui s’est progressivement redressé depuis le mois d’août, se situe également à un niveau record depuis octobre 2012, même s’il reste encore inférieur à l’objectif de la Banque centrale européenne (BCE), situé à un tout petit peu moins de 2%.

Sur le mois, l’évolution de l’indice des prix à la consommation IPC a ralenti à +0,1% en avril après avoir bondi de 1,0% en mars, une décélération alimentée par celle, saisonnière, des prix des produits manufacturés et par la stabilité des prix du tabac après leur forte hausse du 1er mars, souligne l’Insee.

L’institut évoque aussi un ralentissement des prix des services, ainsi que de ceux de l’alimentation, tandis que les prix des produits pétroliers ont fortement rebondi ce mois-ci.

L’IPCH a lui aussi ralenti en avril, avec une hausse limitée à 0,1% après une progression de 1,1% en mars.

La BCE a maintenu jeudi sa politique monétaire ultra-accommodante et son président Mario Draghi a réaffirmé la confiance de l’institution de Francfort « dans la convergence de l’inflation vers (son) objectif ».

L’indice des prix à la consommation définitif d’avril, le seul valable pour les indexations de contrats privés, rentes viagères, pensions alimentaires ou l’évolution du SMIC, sera diffusé le 15 mai.

(Myriam Rivet, édité par Yann Le Guernigou)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *