Le Cac 40 frileux malgré le rebond de Wall Street, Actualité des marchés

Après trois semaines de hausse d’affilée, la Bourse de Paris cède quelques points, l’absence d’escalade au Moyen-Orient après les frappes sur la Syrie ce week-end ne suffisant pas à susciter l’appétit pour les actifs à risque. « La difficulté pour les marchés ne réside pas dans l’intégration du risque, mais plutôt dans le fait de ne pas savoir quand celui-ci doit être pris en compte dans la mesure où les considérations géopolitiques rendent traders et investisseurs tributaires de nombreux événements, mais pas de l’agenda économique, avec lequel nous sommes plus à l’aise », écrivaient les analystes d’IG ce matin.

Le rebond de Wall Street en ouverture n’a guère d’impact sur la tendance en Europe, qui pâtit également du renforcement de l’euro face au dollar à la suite d’un tweet de Donald Trump pour qui « la Russie et la Chine jouent au jeu de la dévaluation de leurs devises au moment où les Etats-Unis poursuivent sur la voie des hausses de taux. Ce n’est pas acceptable ! ».


Le dollar affaibli par le tweet de Donald Trump

Le dollar affaibli par le tweet de Donald Trump
Le dollar affaibli par le tweet de Donald Trump | Crédits photo : Bloomberg

Bénéfice trimestriel record pour Bank of America

Les prises de bénéfices sur les banques se poursuivent à New York. Pas plus que JPMorgan ou Citigroup vendredi, Bank of America, la deuxième banque américaine en termes d’actifs, ne bénéficie pas de l’annonce d’une progression de 34% de son bénéfice, qui a atteint un record au premier trimestre grâce à la hausse des taux d’intérêt et à la croissance de ses prêts. Netflix publiera ses comptes trimestriels après la clôture de Wall Street. Les banques Goldman Sachs et Morgan Stanley se prêteront à l’exercice respectivement mardi et mercredi.

A 16h05, le Cac 40 cède 0,25% à 5.301,75 points dans un volume d’affaires étriqué de 1,2 milliard d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie perd 0,87% et le Dax de la Bourse de Francfort 0,30%. A New York, le Dow Jones reprend 0,75% et le Nasdaq Composite 0,38%.

L’attitude de la Russie scrutée à la loupe

Les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont tiré plus de 100 missiles samedi matin sur des sites soupçonnés de fabriquer des armes chimiques en Syrie. L’absence de victimes et le fait que les dégâts ont été circonscrits alimentent le sentiment qu’une escalade a été évitée sans pour autant chasser les craintes de nouvelles tensions. Le président russe Vladimir Poutine a en effet prévenu hier que de nouvelles attaques contre la Syrie entraîneraient un chaos mondial, tandis que Donald Trump annonçait de nouvelles sanctions économiques contre la Russie.

Sur le front macroéconomique, les ventes au détail ont progressé de 0,6% aux Etats-Unis le mois dernier, contre une hausse de 0,4% attendue, tandis que l’indice Empire State d’activité de la Fed de New York est tombé à 15,8 en avril, son plus bas niveau depuis un an.

STMicroelectronics soutenu par Barclays

STMicroelectronics poursuit sa progression après un gain de plus de 5% la semaine dernière. Barclays a réitéré sa recommandation à « surpondérer » sur le titre.

Airbus est également bien orienté. Les 14 A320 neo d’IndiGo et GoAir équipés de moteurs Pratt & Whitney qui avaient été cloués au sol par les autorités indiennes pour des raisons de sécurité sont à nouveau en exploitation, rapporte l’agence PTI en citant des responsables des deux compagnies.

Publicis ne parvient pas à profiter des déboires de WPP, dont le directeur général Martin Sorrell a démissionné à la suite de soupçons d’irrégularités financières. Le groupe français doit publier son chiffre d’affaires trimestriel jeudi matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *