La Bourse de Paris toujours maussade à mi-séance


La Bourse de Paris marque une pause après sa progression de la veille ( AFP/Archives / ERIC PIERMONT )

La Bourse de Paris restait morose vendredi à mi-séance (-0,24%), sans élan pour terminer la semaine après avoir retrouvé la veille ses niveaux de janvier.

A 13H56 (11H56 GMT), l’indice CAC 40 cédait 13,19 points à 5.532,76 points dans un volume d’échanges de 1 milliard d’euros. La veille, l’indice avait fini en progression de 0,20%.

La cote parisienne est dans le rouge depuis l’ouverture, privée de moteur après une semaine globalement bien orientée.

La Bourse de New York s’orientait de son côté vers de premiers pas en hausse.

Le contrat à terme sur l’indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, prenait 0,21%. Celui de l’indice élargi S&P 500 gagnait 0,24% et celui du Nasdaq, à dominante technologique, montait de 0,18%.

« Les marchés européens sont mitigés ce matin, le manque d’actualité économique laissant les investisseurs sans inspiration. Les actions européennes ont fait une belle performance récemment, et il se pourrait que ceux qui poussent à la hausse reprennent juste leur respiration », relève dans une note David Madden, un analyste de CMC Markets.

« A défaut de trouver ce second souffle permettant de venir tester les plus hauts annuels proches des 5.580 points, l’indice parisien résiste bien aux vents contraires notamment dans le domaine politique et géopolitique », commente de son côté Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

« Le risque iranien et plus récemment le retour du risque politique en Italie n’ont pas fait trembler les indices qui montrent beaucoup de complaisance ces derniers temps aux différents facteurs négatifs qui pourraient les impacter », ajoute-t-il.

– Mario Draghi attendu –


Cours du pétrole ( AFP / Jean Michel CORNU )

Les investisseurs restaient focalisés sur les cours du pétrole, qui ont terminé jeudi à leur plus haut niveau depuis fin 2014, alors que les tensions entre Israël et l’Iran avivent les inquiétudes sur l’offre mondiale d’or noir. Les prix du pétrole se stabilisaient vendredi en cours d’échanges européens, restant proches des plus hauts en trois ans et demi.

Par ailleurs, les marchés européens écouteront avec attention le discours du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, devant l’European University Institute de Florence dans l’après-midi.

« Draghi devrait vanter l’économie de la zone euro, malgré des données qui commencent à augurer un ralentissement du cycle économique. Mais même si le message est positif sur l’économie, nous pensons qu’il le délivrera d’une voix prudente. Son message principal sera probablement l’idée que le programme de soutien économique devrait durer un certain temps », décrypte dans une note Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group.

Du côté des indicateurs, l’agenda était essentiellement américain, avec notamment les prix à l’importation en avril, et l’indice du moral des ménages pour mai.

Sur le front des valeurs, ArcelorMittal était dopé (+2,47% à 30,29 euros) par un bénéfice net en hausse de 19% au premier trimestre, soutenu par l’amélioration du marché sidérurgique au niveau mondial.

Air France-KLM montait de 5,92% à 7,48 euros, se reprenant après avoir cédé plus de 44% depuis le début de l’année.

Saint-Gobain était soutenu (+2,88% à 45,35 euros) par la conclusion d’un accord global avec le groupe suisse Sika, qu’il souhaitait acquérir, et la famille Burkard, actionnaire de Sika, permettant de mettre fin à leur différend.

Soitec était bien orienté (+2,56% à 78 euros), dans le sillage de la bonne performance d’Apple cette semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *