Kalray : un spécialiste français des microprocesseurs bientôt en Bourse

Le développeur de composants informatiques «intelligents» Kalray a engagé jeudi le processus qui doit le mener en Bourse, en soumettant le document décrivant ses activités aux autorités boursières.

Le «document de base» présentant la société grenobloise a été enregistré par l’Autorité des marchés financiers (AMF), selon un communiqué publié jeudi par l’entreprise.

Kalray ne précise pas dans son texte combien elle entend lever à l’occasion de cette opération. L’introduction en Bourse doit doter la société «des moyens nécessaires à la mise en oeuvre de sa stratégie de développement», se contente d’indiquer l’entreprise.

Elle «contribuera également à renforcer sa crédibilité vis-à-vis de ses clients, dont de très grands groupes industriels mondiaux, quant à la capacité de les approvisionner en grands volumes sur des marchés mondiaux qui devraient connaître un rythme de croissance soutenu».

Émanation du CEA

Fondée en 2008, à l’occasion d’un essaimage de la division microélectronique du Commissariat à l’Energie atomique et aux Energies alternatives (CEA), Kalray a investi depuis quelque 60 millions d’euros pour mettre au point un microprocesseur informatique à la fois surpuissant (avec une puissance de calcul 2.000 fois supérieure à celle d’un ordinateur grand public) et économe en énergie.

Ces caractéristiques le rendent particulièrement adapté aux technologies émergentes : automobiles autonomes, centres de données, drones et robots, applications santé. Kalray a décidé dans un premier temps de se concentrer sur ces deux premiers débouchés qui devraient connaître une croissance de plus de 50% par an au cours des prochaines années.

Sa production est entièrement sous-traitée auprès de groupes spécialisés, notamment du taïwanais TSMC, leader mondial du secteur.

100 millions d’euros de ventes en 2022

Kalray a réalisé l’an dernier des ventes à 7,4 millions d’euros. Pour 2022, la société vise un chiffre d’affaires supérieur à 100 millions d’euros. Elle estime parvenir à l’équilibre d’exploitation en 2020.

Entre juin 2017 et début mai 2018, Kalray avait levé un total de 23,6 millions d’euros, en faisant entrer à son tour de table Safran Corporate Venture, le missilier MBDA, le fonds d’investissement asiatique Pengpai, le fonds d’investissement du ministère des Armées et l’alliance Renaut-Nissan-Mitsubishi.

Ces nouveaux partenaires étaient venus rejoindre les actionnaires historiques que sont ACE Management, CEA Investissement, Eurekap! et Inocap Gestion.

Le Revenu, avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *