France-Les syndicats de la fonction publique maintiennent la pression

* Les syndicats veulent inscrire le mouvement dans la dure

* Des temps forts jusqu’au rendez-vous salarial

* Des annonces visant crer la division, dit la FSU

PARIS, 17 avril (Informations entreprises) – Les organisations syndicales de
la fonction publique, unies pour une journe de mobilisation le
22 mai, ont annonc mardi une srie de temps forts dans les
prochaines semaines pour inciter le gouvernement changer de
cap sur sa rforme.

« Face un gouvernement qui ne comprend pas, on est
convaincus qu’il faut renforcer la mobilisation et durcir le
mouvement », a dclar le secrtaire gnral de FO-Fonctionnaires
Christian Grolier lors d’une confrence de presse de
l’intersyndicale.

En plus d’une journe de mobilisation et de grve nationale
le 22 mai prochain, les neuf syndicats de la fonction publique
appellent soutenir tous les mouvements de contestation qui ont
lieu dans les services de la fonction publique.

Ils citent la mobilisation dans le ministre de l’Economie
et des Finances, dans les hpitaux, l’Office national des
forts ou encore chez Mto France.

Un « temps fort » avec « des rassemblements de personnels » est
prvu le 15 mai, jour d’une runion Bercy sur le recours aux
contractuels. L’intersyndicale n’a pas indiqu ce stade si
cette mobilisation tait assortie d’un appel la grve.

Aprs le 22 mai, « il y aura la suite de la mobilisation »
pour peser sur le rendez-vous salarial du mois de juin. L
encore, il n’tait pas possible pour l’intersyndicale de
prciser la nature de ces actions.

« C’est important d’avoir ce calendrier qui s’inscrit dans la
dure et qui a pour objectif de faire reculer les ambitions
gouvernementales », a dclar le secrtaire gnral de Solidaires
Fonction publique Denis Turbet-Delof.

EN QUTE DE « RECONNAISSANCE »

Les syndicats de la fonction publique dnoncent la rforme
qui prvoit la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires
sur cinq ans, ainsi que des restructurations touchant aux
instances de reprsentation du personnel, au statut, la
rmunration et aux modalits de recrutement.

Ces mesures auront un « impact trs fort » sur la qualit des
services publics rendus, estime la prsidente de la CFE-CGC,
Nathalie Makarski, qui craint une dgradation des services
notamment dans le secteur de la sant et de l’ducation.

Les syndicats souhaitent galement une revalorisation des
salaires des agents et dnoncent, les « mesures ngatives »
affectant leur pouvoir d’achat, comme le gel de la valeur du
point d’indice ou encore l’introduction de la journe de carence
en cas d’arrt maladie.

Le ministre de l’Action et des Comptes publics, Grald
Darmanin, a promis au lendemain de la dernire manifestation
nationale des fonctionnaires le 22 mars dernier de revaloriser
les rmunrations des plus « mal pays », comme les infirmires
par exemple.

Pour la secrtaire gnrale de la FSU, Bernadette Groison,
ce genre d’annonce cre un « climat de division (…) qui n’est
pas bon ».

« Le gouvernement dit: ‘on ne va pas pouvoir faire pour tout
le monde donc on va choisir. On va considrer qu’aujourd’hui il
y a des mtiers plus importants que d’autres' » a-t-elle
expliqu. « On ne rentrera pas dans ce jeu-l. Il vise opposer
les agents les uns aux autres ».
(Caroline Pailliez, dit par Yves Clarisse)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *