Bourse de Paris : le CAC 40 poursuit son rebond

La Bourse de Paris évoluait dans le vert mardi à 15h (+0,68%), les investisseurs mettant de côté leurs inquiétudes sur la géopolitique, faute de nouvelle actualité, pour se concentrer davantage sur les résultats d’entreprises.

Le 17 avril à 15h, l’indice CAC 40 gagnait 0,68% à 5.349,22 points, dans un volume d’échanges de 1,27 milliard d’euros. La veille, il avait terminé quasiment stable (-0,04%).

La cote parisienne, après une ouverture en petite hausse, a ensuite poursuivi sa progression. La Bourse de New York s’orientait également vers une ouverture en hausse.

Le contrat à terme sur l’indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, gagnait 0,65%, à l’instar de l’indice élargi S and P 500 (+0,49%), tandis que le Nasdaq, à dominante technologique, prenait 0,44%. «La fin du mois de mars avait été marquée par les craintes de guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, et la semaine écoulée avait vu ressurgir les tensions géopolitiques autour de la Syrie», ont résumé dans une note les gérants de Barclays Bourse.

«Ces craintes semblent désormais refluer, et les investisseurs vont pouvoir dans les prochains jours focaliser leur attention sur les statistiques économiques et les résultats d’entreprises», ont-ils poursuivi. Reste que, selon les stratégistes du courtier Aurel BGC, la hausse de l’euro pourrait limiter la progression des marchés européens. 

Du côté des indicateurs, la Chine a vu sa croissance économique se stabiliser à 6,8% au premier trimestre, dopée par une consommation robuste.

Baromètre Zew en recul

La production industrielle y a en revanche ralenti plus qu’attendu en mars (+6%), tandis que les ventes au détail ont accéléré au-delà des attentes (+10,1%).

Les salaires réels des Britanniques ont pour leur part progressé lors de la période de décembre à février sur un an, une première depuis près d’une année. Le taux de chômage a diminué pour sa part à 4,2% pour la même période, au plus bas depuis 1975

En Allemagne, le moral des investisseurs est repassé nettement en territoire négatif en avril sur fond de craintes de guerre commerciale et de conflit syrien, selon le baromètre de l’institut ZEW publié mardi.

Outre-Atlantique, les mises en chantier de logements pour le mois de mars ont dépassé les attentes des analystes, grimpant de 1,9%, à 1,319 million.

Les chiffres de la production industrielle pour mars seront connus vers 15h15.

VALEURS EN VUE

Sanofi reculait légèrement après l’annonce mardi que le fonds d’investissement américain Advent doit racheter Zentiva, l’activité de médicaments génériques en Europe du groupe, pour 1,9 milliard d’euros.

Rothschild and Co progressait. La banque d’affaires a annoncé mardi le départ prochain de son président David de Rothschild, 75 ans, qui sera remplacé par son fils Alexandre de Rothschild, 37 ans, à l’issue de la prochaine assemblée générale en mai.

Lagardère montait alors que le groupe a annoncé mardi la vente de ses radios en République tchèque, Pologne, Slovaquie et Roumanie pour 73 millions d’euros, une première série de cessions qui signale le début de la réorganisation de la branche médias Lagardère Active révélée en mars.

Casino progressait. Le groupe français de grande distribution a enregistré au premier trimestre 2018 un chiffre d’affaires en baisse de 3,8% à 8,9 milliards d’euros, fortement pénalisé par un effet de change défavorable, a-t-il annoncé mardi dans un communiqué.

Bouygues était quasiment stable. Le groupe a démenti lundi, dans un communiqué, avoir engagé une «discussion avec un autre opérateur» en vue d’une consolidation du marché français des télécoms, alors que l’agence Bloomberg parle de «discussions préliminaires» sur une éventuelle offre visant Altice France, qui inclut l’opérateur SFR. Pour sa part, Altice poursuivait sa hausse de la veille.

Air France grappillait du terrain alors qu’à la veille d’une huitième journée de grève pour les salaires, Air France a proposé lundi un projet d’accord final prévoyant une augmentation de 2% immédiatement et une hausse de 5% sur trois ans, encore loin des revendications syndicales.

Vinci ne profitait pas de l’annonce, lundi, de la signature au Canada, via sa filiale Eurovia, d’un accord pour l’acquisition de l’entreprise de travaux publics québécoise TNT, qui réalise un chiffre d’affaires de 112 millions d’euros.

Thermador Group était en hausse après que le spécialiste de la distribution aux grossistes spécialisés d’articles de robinetterie industrielle a annoncé lundi être contraint à «plus de prudence» après un coup de frein inattendu sur ses ventes.

À la Bourse de New York, dans les premier échanges avant l’ouverture, Netflix gagnait 6,76% à 328,59 dollars, dopé par de meilleures performances qu’attendu au premier trimestre.

Le Revenu, avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *