Bourse: ce qui bouge avant l’ouverture ce vendredi

Les investisseurs ont retrouvé le sourire, cette semaine, si bien que les indices pointent vers une ouverture en hausse, vendredi matin. Les craintes géopolitiques marquent une pause, l’inflation, les résultats trimestriels et un regain du secteur technologiques contribuant tous à faire monter les marchés.

Le contrat à terme sur l’indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, progresse de 0,24%, à 24 752 points. Celui de l’indice élargi S&P 500 gagne 0,23% à 2725 points, et celui du Nasdaq, à dominante technologique, monte de 0,12% à 6973,50 points. 

Le Dow a terminé dans le vert jeudi pour une sixième séance en ligne, rassurée par la progression modérée de l’inflation américaine.

Contexte

Les prix à la consommation ont moins augmenté que prévu aux États-Unis en avril, laissant suggérer une action moins agressive de la banque centrale américaine (Fed) sur les hausses de taux d’intérêt.

Sur une base annuelle, la hausse des prix est de 2,5%, et de 2,1% pour le très observé chiffre hors aliments et énergie, soit 0,1 point de moins que les anticipations.

Ces statistiques confirment «l’économie américaine progresse fermement sans que ne soient ravivées pour autant les inquiétudes relatives à l’inflation», a commenté pour l’agence Bloomberg Hideyuki Ishiguro, analyste chez Daiwa Securities à Tokyo. «Sur la base de ces fondamentaux solides, les marchés américains avancent, ce qui est positif pour la Bourse de Tokyo», a-t-il résumé.

Toutefois, les tensions géopolitiques au Moyen-Orient « pourraient peser sur les places financières », a estimé dans une note Mutsumi Kagawa, chez Rakuten Securities.

La communauté internationale s’alarme de l’escalade militaire inédite entre Israël et l’Iran, dans un contexte d’incertitudes attisées par la décision du président Donald Trump de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien.

En outre, «les États-Unis inaugurent lundi leur ambassade à Jérusalem, ce qui va sûrement susciter une réaction des pays musulmans», prévient M. Kagawa.

À l’étranger

Les marchés européens et asiatiques ont profité, eux aussi, d’un rapport mensuel sur la hausse des prix américains à la consommation un peu inférieur aux attentes pour le mois d’avril.

Estimant que la Réserve fédérale n’aurait donc pas de raison à court terme d’accélérer le rythme de relèvement des taux directeurs, les investisseurs ont été enclins à se positionner sur les actifs risqués. «S’il y a inflation, elle n’est pas visible dans les chiffres. Cette faiblesse est apparemment ce qui ce qui pousse à la hausse les marchés actions cette semaine», relève dans une note Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

«Ce devrait être une nouvelle semaine positive pour les indices européens», poursuit-il.

Ce vendredi, les investisseurs vont rester focalisés sur les cours du pétrole, qui ont terminé jeudi à leur plus haut niveau depuis fin 2014, alors que les tensions entre Israël et l’Iran avivent les inquiétudes sur l’offre mondiale d’or noir. Les cours baissaient légèrement en Asie vendredi, sous l’effet de prises de bénéfices, tout en restant à des niveaux élevés.

Les marchés écouteront avec attention le discours du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, devant l’European University Institute de Florence.

«Draghi devrait vanter l’économie de la zone euro, malgré des données qui commencent à augurer un ralentissement du cycle économique. Mais même si le message est positif sur l’économie, nous pensons qu’il le délivrera d’une voix prudente. Son message principal sera probablement l’idée que le programme de soutien économique devrait durer un certain temps», analyse dans une note Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group.

À l’agenda

Du côté des États-Unis, on attend les prix à l’importation en avril, et l’indice du moral des ménages pour mai.

Chez nous, Statistique Canada dévoile aujourd’hui ses plus récentes données sur la population active au pays.

Titres en actions

Telus(T, 45,74$) a publié des résultats conformes aux attentes, hier. L’ajout de 48 000 nouveaux clients dans le sans-fil dépasse les attentes de 38 600, même si c’est moins que les 95 000 de Rogers ou les 68 000 de Bell. La faible progression revenu moyen par utilisateur est signe d’un marché concurrentiel, estime Maher Yaghi, de Desjardins Marché des capitaux, qui croit l’opérateur de Vancouver bien positionné pour en profiter. Son cours cible est fixé à 52$.

Les résultats du géant ontarien des pièces automobiles Magna International(MG, 63,17$) confortent les analystes. Surtout, les prévisions révisées de la société laissent croire que les prochains mois seront positifs. BMO Marché des capitaux fixe un cours cible à 64$.

Le fabricant de composants informatiques Nvidia(NVDA, 260,13$US) a surfé la vague des cryptomonnaies à nouveau au dernier trimestre. Ses cartes graphiques utilisées pour miner ces monnaies ont généré 289M$US en revenus, menant la société à déclarer un bénéfice par action ajusté de 2,05$US, alors que le consensus avoisinait les 1,46$US.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *