Les gérants actifs vous protègent-ils lorsque les…

Les gérants actifs semblent faire mieux dans les phases de baisse des marchés que dans les phases de hausse. C’est le constat fait à travers une analyse du taux de succès des gérants actifs américains au cours de la correction des marchés du début du mois de février.

Mais cette observation est également vrai au cours des périodes de baisse boursière qui ont eu lieu auparavant.

L’explication mise en avant par les défenseurs de la gestion active est simple : les indices boursiers tendent à surpondérer les titres qui performent le plus et sont relativement plus chers que le reste du marché. Lorsque les marchés montent, ces valeurs « momentum » en profitent pleinement. Lorsque la situation devient plus difficile, les gérants actifs révèlent leur valeur ajoutée en détenant des titres hors des indices, en se démarquant des pondérations de l’indice ou en détenant des liquidités.

Source : Morningstar

Cette approche semble avoir fonctionné puisque dans l’ensemble, les gérants actifs de fonds actions aux Etats-Unis affichent un taux de succès de près de 60%, voire autour de 70% dans certaines catégories (valeurs moyennes et grandes de croissance).

Cela redonne une bouffée d’oxygène aux gérants actifs, qui avaient de plus en plus de mal ces dernières années à justifier leurs frais de gestion au regard de performances décevantes.

Source : Morningstar

En moyenne, plus de la moitié des fonds actions américains gérés activement ont échoué à faire mieux que leur indice de référence sur des périodes de 36 mois glissants. En outre, au fil du temps, le taux de succès des fonds a décliné : seulement 28% des fonds en question ont fait mieux que leur benchmark à fin janvier 2018, soit 10 points de moins que la moyenne de toutes les périodes de 36 mois glissants étudiées.

Toutefois, les marchés n’ont cessé de progresser ces dernières années. S’ils sont néanmoins capables de mieux résister aux phases de baisse, leur taux de succès devrait s’améliorer.

Sur la période de 20 ans analysée, les fonds gérés activement ont de fait mieux performé dans les phases de baisse des marchés que dans les phases de hausse. Le taux de succès atteint près de 60% dans les phases de baisse, mais seulement 32% dans les phases de hausse.

En outre, les fonds qui font mieux dans les phases de baisse surperforme dans de plus grandes proportions que ceux qui surperforment dans les phases de hausse des marchés.

Tout n’est pas aussi favorable pour autant. Au cours des 20 dernières années, il y a eu plus de périodes de hausse que de baisse. En outre, lorsque les fonds gérés activement parviennent à battre leur indice de référence, cette surperformance ne se maintient pas dans le temps. Seulement un tiers environ des fonds qui surperforment ont continué de le faire au bout de 36 mois.

Conclusions

Les défenseurs de la gestion active ont raison et tort à la fois. Ils ont raison dans le sens où les fonds gérés activement font légèrement mieux que les marchés dans les phases baissières. Mais ils ont tort car cette surperformance ne se retrouve pas ou très peu dans les phases de hausse des marchés, qui ont été les plus fréquentes au cours des 20 dernières années.

Si les critiques de la gestion active ont souligné que la faible capacité des gérants actifs à battre leur indice de référence rendait la gestion active futile, il faut néanmoins souligner que la hausse quasi continue des marchés ces dernières années a rendu la tâche des gérants actifs particulièrement ardue.

L’évolution à venir des conditions de marché pourrait bien représenter une opportunité pour les gérants actifs de faire la preuve de leur capacité à apporter de la valeur aux investisseurs. Cela offrira une nouvelle opportunité de défendre la gestion active, mais cela ne pourra exclure une discussion toujours pertinente sur des sujets majeurs, en particulier sur le niveau des frais facturés aux investisseurs.

Faire mieux que le marché dans les phases baissières n’est pas une raison suffisante pour faire un choix définitif entre gestion active ou passive.

 

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *