Le Fonds souverain angolais retire Quantum Global de la gestion de ses actifs

FSDEA, le fonds souverain de l’Angola, deuxième producteur de pétrole en Afrique, a annoncé sa décision de renoncer aux services de la société suisse Quantum Global, en tant que gestionnaire d’actifs.

«Le FSDEA reste préoccupé par l’approche de Quantum Global en matière d’investissement des fonds de la FSDEA, jugeant qu’elle n’est pas entièrement alignée sur les principes fondateurs du fonds», a déclaré les responsables de FSDEA dans un communiqué.

Une décision intervenue quelques jours après le gel des activités de Quantum Global Investments Africa Management à l’ile Maurice. L’entreprise, qui se dit coopérative avec les autorités mauriciennes, est dirigée par Jean-Claude Bastos de Morais, associé de José Filomeno dos Santos et directeur de Quantum Global Investment Management. Le fils de l’ancien président angolais, José Filomeno dos Santos, était jusqu’à récemment à la tête du fonds souverain angolais. Trois des cinq milliards du capital du FDSEA qu’il dirigeait ont été placés dans sept fonds d’investissement spécialement créés par Quantum Global à Maurice. Le groupe implanté à l’île Maurice perçoit 2% à 2,5% du capital par année. Ce pourcentage équivaut à un revenu de 60 à 70 millions de dollars par an, depuis 2015.

Un gap de 500 millions de dollars

Le manager de Quantum Global, Jean-Claude Bastos de Morais, s’est défendu dans un communiqué du 12 avril, affirmant que les procédures et accusations lancées portent préjudice aux activités de la société de gestion. «Il est difficile de nous défendre contre des actions prises par les autorités lorsque la raison d’être de ces actions n’est pas claire. L’absence d’une procédure équitable et les sanctions précipitées ont eu un impact négatif important sur les opérations de Quantum Global»a-t-il déclaré.

Créé en 2012, le fonds souverain de l’Angola, ou le Fundo Soberano d’Angola (FDSEA) a remplacé le Fundo Petrolifero de Angola. Le deuxième plus grand fonds souverain de l’Afrique subsaharienne a démarré avec 5 milliards de dollars, pour une meilleure justice sociale. Il a été dirigé par le fils du président sortant, José Filomeno dos Santos, limogé en début d’année par l’actuel président João Lourenço, suite à la découverte de virements d’un total de 500 millions de dollars sur les comptes d’une de ses propres sociétés à Londres et gérée par Jean-Claude Bastos de Morais.

Delà, Luanda a introduit une requête à l’île Maurice pour le gel des comptes de l’homme d’affaires et de ses sociétés offshore, en charge de 85% de l’argent du FDSEA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *