Le dollar américain remonte enfin. Mais jusqu’où ?

Après plusieurs mois de faiblesse face aux deux autres grandes devises et aux devises émergentes, le dollar américain est remonté en avril. 

Graphique 1 : Le dollar américain est remonté dernièrement, en particulier face aux devises émergentes. Le graphique compare le dollar américain à un panier de devises du G10 (éch. g.) et un panier de devises émergentes face au dollar américain (éch. dr., inversée).

Le dollar américain remonte face aux devises émergentes

Source : Bloomberg, BNP Paribas Asset Management, données au 01/05/2018

Selon nous, cette vigueur face aux autres grandes devises résulte surtout de la déception des marchés face à la reprise cyclique en Europe et au Japon que n’a pas connueles États-Unis (Graphique 2).

Graphique 2 : L’indice de surprise macroéconomique reste positif aux États-Unis, mais il déçoit dans les autres économies du G10 (indice 0 = pas de surprise)

Source : Bloomberg, BNP Paribas Asset Management, données au 01/05/2018

En d’autres termes, les données relatives à l’Europe et au Japon n’ont pas suffi à convaincre les investisseurs du durcissement de ton imminent de la BCE ou de la Banque du Japon. En revanche, les données solides des États-Unis, encore que modestes, ont suffi à inciter le marché de taux à anticiper une augmentation des taux courts américains (Graphique 3).

Ce constat contraste avec les marchés européens, où les perspectives de croissance ont fléchi et où l’inflation sous-jacente est restée modérée. Dans la zone euro, par exemple, les indicateurs cycliques, comme les indices des directeurs d’achat (PMI), ont décroché après des mois de hausse. Au Royaume-Uni, la croissance a déçu. La croissance du PIB au 1er trimestre est tombée à 1,2 % en glissement annuel alors que le consensus tablait sur 1,4 %. Les marchés de taux d’intérêt ne prévoient plus de relèvement des taux par la Banque d’Angleterre en mai.

Graphique 3 : les taux américains à 2 ans ont grimpé en avril, se distançant des taux des autres régions (en pb)

Source : Bloomberg, BNP Paribas Asset Management, données au 01/05/2018

Le dollar américain continuera-t-il d’être aussi fort ?

Selon nous, une partie de cette force est attribuable à la faiblesse des données des autres économies du G10 (hors États-Unis), mais il est trop tôt pour parler de rebond soutenu.

Après tout, l’Europe et le Japon sont dans des phases de reprise moins avancées que les États-Unis. La BCE et la Banque du Japon suivent des voies plus asymétriques en matière de taux d’intérêt en raison de leurs politiques plus agressives par rapport à la Réserve fédérale.

Le dollar américain est apparu particulièrement fort face aux devises émergentes

L’appréciation du billet vert a été plus marquée face aux devises émergentes. Un dollar fort suscite généralement l’inquiétude dans les marchés émergents car il peut induire une hausse des taux américains susceptible de provoquer une fuite des capitaux en dehors des marchés émergents vers les États-Unis. Il est aussi associé à un recul des prix des matières premières, qui soutiennent plutôt les pays exportateurs du monde émergent. Enfin, la vigueur du dollar risque de provoquer une correction des actions émergentes et de la dette locale alors que les investisseurs en dollars s’inquiètent des pertes de change.

Conclusion : il est trop tôt pour parler de rebond soutenu du dollar américain

Les vifs mouvements des devises émergentes s’expliquent aussi par le consensus dans ce marché, qui a rendu les investisseurs plus complaisants. À court terme, le dollar américain ne devrait pas faiblir face aux devises émergentes alors que le consensus réévalue ses positions. Toutefois, nous pensons qu’il est trop tôt pour parler de dynamisme prolongé. Après tout, le cycle des économies émergentes est solide également et reste en retrait par rapport au cycle du G10. Les devises émergentes ne sont pas considérées comme onéreuses, hormis celles de l’Asie émergente. Enfin, le portage sur les devises émergentes reste intéressant selon nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *