La Bourse de Paris s’aventure timidement dans le vert (+0,25%)

La Bourse de Paris s’aventurait timidement dans le vert (+0,25%) vendredi à la mi-journée, accueillant favorablement les très nombreux résultats d’entreprises de la séance.

A 13H45 (11H45 GMT), l’indice CAC 40 prenait 13,66 points à 5.467,24 points, dans un volume d’échanges de 1,3 milliard d’euros. La veille, il avait fini en hausse de 0,74%.

La cote parisienne a ouvert à l’équilibre avant d’opter pour une légère hausse.

Au lendemain d’une forte progression, la Bourse de New York se préparait de son côté à une ouverture en ordre dispersé.

Le contrat à terme sur l’indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, perdait 0,38%, tandis que l’indice élargi S&P 500 reculait de 0,15%. Le Nasdaq, à dominante technologique, s’appréciait quant à lui de 0,20%.

« Fin de semaine sous le signe de l’apaisement », ont noté les gérants de Barclays.

« En Europe, les grands argentiers ne semblent pas vouloir changer de cap » et « les marchés vont pouvoir continuer à se focaliser sur la micro-économie et les publications de résultats, ce qui est plutôt sain », ont-ils ajouté.

La Banque centrale européenne a brossé jeudi un tableau assombri fait de « modération » de la croissance et d' »aggravation » des menaces protectionnistes, pour s’abstenir de toute indication sur l’abandon de son vaste soutien à l’économie.

Le président de l’institution, Mario Draghi, a toutefois expliqué cette situation par des facteurs majoritairement « temporaires », tout en répétant à plusieurs reprises sa « confiance inchangée » dans le fait que l’inflation évolue vers l’objectif des 2% fixé par l’institution.

Du côté des indicateurs, l’agenda est bien fourni. En France, la croissance a fortement ralenti au premier trimestre, en raison notamment d’une consommation des ménages peu dynamique.

La confiance économique en zone euro en avril a pour sa part stagné.

Outre-Atlantique, les premiers chiffres du PIB au premier trimestre et le moral des ménages (Université du Michigan) en avril sont encore attendus.

– Sanofi pénalisé –

Sur le terrain des valeurs, les publications étaient très étoffées et animaient largement la cote.

Sanofi était pénalisé (-1,72% à 65,17 euros) par un bénéfice net en chute de 82,2% par rapport à la même période en 2017 où il avait été dopé par un gain exceptionnel lié à un échange d’actifs avec Boehringer Ingelheim.

Saint-Gobain gagnait 2,93% à 44,06 euros, aidé par la confirmation de ses objectifs 2018, malgré un chiffre d’affaires en repli de 1,8% au premier trimestre.

Renault perdait 2,93% à 89,36 euros. Le constructeur automobile a confirmé ses objectifs pour l’année, après une hausse de 0,2% du chiffre d’affaires au premier trimestre, à 13,2 milliards d’euros.

Amundi bondissait de 3,73% à 69,50 euros, dynamisé par la collecte nette record de près de 40 milliards d’euros enregistrée au premier trimestre 2018 par le poids lourd de la gestion d’actifs.

Essilor refluait de 1,24% à 111,60 euros, lesté par un chiffre d’affaires au premier trimestre en repli de 5,8% sur un an, en raison d’effets de change négatifs.

Rexel s’enfonçait de 6,37% à 12,87 euros, pénalisé par un bénéfice net en baisse de 3,9% au premier trimestre.

SES décollait de 11,21% à 13,09 euros, soutenu par la confirmation de ses objectifs pour l’exercice en cours malgré un bénéfice net en baisse de 23,5% au premier trimestre.

Spie progressait de 5,20% à 18,83 euros. Le groupe de services multi-techniques aux entreprises a vu son chiffre d’affaires bondir au premier trimestre, grâce à des acquisitions et à sa croissance en France et en Allemagne, et a confirmé ses objectifs pour 2018.

Capgemini montait également de 5,11% à 112,20 euros. Le géant des services informatiques a enregistré un chiffre d’affaires au premier trimestre 2018 en hausse de 1,2%, et a confirmé ses grands objectifs financiers pour l’année 2018.

abx/tq/bh

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *