Sask. applique pour le financement à faible carbone au milieu de la lutte contre les taxes sur le carbone

Taxe sur le carbone ou pas, le gouvernement de la Saskatchewan demande encore 62 millions de dollars en fonds fédéraux pour l'infrastructure à faible émission de carbone.

La ministre fédérale de l'Environnement Catherine McKenna a déclaré publiquement que la Saskatchewan ne serait pas admissible au financement fédéral. La province a accepté une taxe sur le carbone

Le ministre de l'Environnement, Dustin Duncan, espère que son homologue fédéral modifiera sa position sur l'idée de lier l'argent à une taxe sur le carbone. S'il s'agit de réduire les émissions, alors la Saskatchewan devrait être admissible comme n'importe quelle autre province. »

Les 62 millions de dollars initialement prévus par le gouvernement fédéral pour la province couvriraient une partie d'un investissement de 200 millions de dollars dans les infrastructures vertes. 11 projets

L'un des projets de la liste comprend la construction de nouvelles infrastructures pour fournir du gaz naturel aux collectivités telles que les Premières Nations qui utilisent encore l'électricité et le diesel pour chauffer les maisons. Un autre projet vise à rénover les maisons pour les rendre plus éconergétiques.

Si ce projet est approuvé, Duncan a déclaré que ces projets s'inscriraient également dans la stratégie du gouvernement provincial sur la résilience aux changements climatiques dans les Prairies. Une partie du plan provincial fixe des objectifs de réduction des émissions de méthane de 45%. Une façon d'y arriver est d'utiliser les gaz associés à la production pétrolière pour alimenter le réseau de gaz naturel.

«L'un des projets consiste essentiellement à construire un pipeline de base auquel les entreprises pourraient ensuite alimenter leurs gaz associés dans lesquels SaskEnergy Duncan a expliqué:

Un autre projet sur la liste consiste à utiliser du gaz méthane provenant des sites d'enfouissement pour produire de l'électricité.

Malgré la poursuite de la lutte, Duncan a déclaré que la province avait travaillé avec des fonctionnaires fédéraux pour s'assurer que les 11 projets inclus dans la demande de financement répondaient à tous les critères, mais ne céderont pas à la pression de signer une taxe sur le carbone.

«Ils ne devraient vraiment pas être liés ensemble, le gouvernement fédéral ne retient pas les fonds de l'infrastructure pour d'autres raisons que celles-ci dans le pays », a soutenu M. Duncan.

Il a souligné la situation du pipeline Trans Mountain en Colombie-Britannique. À titre d'exemple, le gouvernement fédéral continue de financer des projets d'infrastructure, bien qu'il soit complètement en désaccord avec la province au sujet de l'approbation de l'oléoduc.

À ce moment, Duncan a indiqué qu'il n'avait aucune indication de la réponse du gouvernement provincial. le gouvernement fédéral sur la décision pour ces projets.

Si les propositions sont rejetées, il a dit qu'il existe d'autres options pour le financement fédéral de l'infrastructure verte. Cependant, ces options mettraient la province en concurrence avec des tierces parties et d'autres provinces qui ne lui paraissent pas équitables

David Forbes, porte-parole néo-démocrate en matière d'énergie, a déclaré que les projets proposés seraient une excellente nouvelle pour la population de la Saskatchewan. Il a particulièrement insisté sur le projet de modernisation des maisons pour améliorer l'efficacité énergétique, comme l'a demandé son parti

. Le gouvernement du parti n'a pas fait de plan clair pour faire face au changement climatique. Il a dit qu'il y a encore des questions sur le plan de résilience des Prairies, y compris des objectifs clairs pour les émissions qui sont encore «à déterminer».

«Nous voulons que le gouvernement fasse ses devoirs et nous ne voulons pas les gens de la Saskatchewan pris en otage parce qu'il y a trop en jeu ici. Nous ne voulons pas d'une taxe sur le carbone imposée par le gouvernement Trudeau parce que nous n'avons pas fait nos devoirs ", a souligné M. Forbes, soulignant que les provinces avaient besoin de prendre de l'expansion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *