« Chaque jour de grève SNCF nous coûte 300 visiteurs » – actu.fr

Le début de la saison touristique a pâti du mauvais temps et de la grève des trains. Point d’étape avec le maire de Giverny, Claude Landais.

Claude Landais, maire du village : « À Giverny, les touristes Français ont augmenté au détriment des étrangers ».
  • La fréquentation touristique a-t-elle souffert de la météo et de la grève SNCF ?

À ce jour [NDLR : 12 mai]le musée des Impressionnismesavec 40 000 visiteurs, a rattrapé le retard pris au mois d’avril à cause du temps et des grèves. La fréquentation est supérieure à celle de l’an passé, elle est dans la lignée des expos Degas et Caillebotte. La grève SNCF nous coûte près de 300 visiteurs par jour. Pour la maison et les jardins de Monettout va bien après un démarrage difficile, ils sont à 120 000 visiteurs. Ils ont limité le nombre des billets coupe-file vendus par Internet ; ils avaient été dépassés par le succès. La baisse de la clientèle étrangère a été comblée par les Français qui représentent 80 % de la fréquentation, dont la moitié d’Eurois, alors qu’avant le rapport était 50-50. Le jeudi de l’Ascension, les jardins ont attiré 5000 visiteurs, un record.

  • Les parkings sont pris d’assaut les jours d’affluence…

Ils ont été pleins toute la semaine. À partir de 11 heures, les gens étaient obligés de se garer sur la route de Limetz. Sur le parking principal, on a reçu jusqu’à quarante cars. Il faut les placer, les faire manœuvrer, et gérer simultanément la circulation des voitures particulières. Les croisiéristes montent en puissance ; ils viennent en car à 9 heures, soit quelque 300 personnes qui restent sur place trois heures, mais ils ne visitent que les jardins. On reçoit aussi beaucoup de scolaires.

  • La Maison du tourisme, c’est fini ?

La Maison du tourisme, anciennement à La Capucine, a été remplacée par un bureau d’information touristique (BIT) sous la responsabilité de Seine Normandie Agglomération. Il en existe deux autres, aux Andelys et à Pacy. Le nôtre est situé face aux toilettes publiques qui, elles, battent des records de fréquentation. L’emplacement est meilleur mais le fonctionnement reste à améliorer, ils n’ont pas le téléphone…

  • Le giratoire, un vieux projet, va enfin voir le jour…

Les travaux du giratoire, à l’entrée du village, côté Vernon, vont démarrer pour s’achever en août. Son rôle est de casser la vitesse et de sécuriser la Voie verte pour la traversée de la route. Le coût de 660 000 € est entièrement financé par la Région et le Département. Sébastien Lecornu a bien appuyé le projet. La Seine à vélo va suivre en partie l’ancienne voie Touflet et retourner de l’autre côté de la RD5, au sud des moulins. Au-delà, jusqu’à Gasnyle trajet n’est pas arrêté.

  • En somme, Giverny tient son rang…

On doit jouer le jeu d’un village touristique même si on essaie de garder une dimension humaine. Le Guide vert Michelin vient de nous accorder deux étoiles, ce qui signifie « Mérite le détour ». C’est attribué en fonction de neuf critères ; le plus haut niveau, trois étoiles, signifie « Ça vaut le voyage ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *