Bourse: Toronto clôture en hausse, contrairement aux marchés américains

La Bourse de Toronto a clôturé en hausse mardi, tandis que le dollar canadien et les marchés boursiers au sud de la frontière ont terminé leurs activités sur un recul. La Bourse de New York a fléchi, les investisseurs faisant preuve de fébrilité face à la montée des taux d’emprunt de la dette des Etats-Unis sur le marché obligataire.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a avancé de 12,20 points à 16 097,81 points, soutenu par les secteurs de la santé et de l’industrie.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a reculé de 193 points à 24 706,41 points, tandis que l’indice élargi S&P 500 a rendu 18,68 points à 2711,45 points. L’indice composé du Nasdaq a perdu 59,69 points à 7351,63 points.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 77,66 cents US, en baisse de 0,62 cent US par rapport à son cours moyen de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 35 cents US à 71,31 $ US le baril, tandis que celui de l’or a plongé 27,90 $ US à 1290,40 $ US l’once. Le prix du cuivre a perdu 3 cents US à 3,06 $ US la livre.

Contexte

La publication en début de journée d’indicateurs économiques plutôt favorables sur les ventes au détail et l’activité manufacturière dans la région de New York ont alimenté l’optimisme sur la croissance économique des Etats-Unis au deuxième trimestre.

Cela a renforcé l’idée que la banque centrale américaine (Fed) allait continuer à relever cette année ses taux directeurs pour éviter une surchauffe de l’économie américaine et endiguer les risques d’inflation incontrôlée, favorisant par ricochet la progression des taux d’intérêt sur le marché obligataire.

Le taux de rendement sur les bons du Trésor à 10 ans, la maturité de la dette américaine la plus surveillée par les marchés, est ainsi monté mardi jusqu’à 3,09%, son plus haut niveau depuis juillet 2011.

Le taux sur la dette à deux ans a grimpé jusqu’à 2,585%, un niveau inédit depuis 2008.

« C’est la première fois que la hausse des taux semble avoir un impact significatif sur les indices boursiers, les investisseurs en actions semblent regarder de plus en plus du côté des bons du Trésor », a noté Karl Haeling de LBBW.

Pour Maris Ogg, de Tower Bridge Advisor, les investisseurs se servent aussi de cet élément comme une excuse pour engranger des profits après plusieurs séances pendant lesquelles les indices ont grimpé « sans changement fondamental ».

« Le fait est que nous sommes dans une période de transition », a-t-elle commenté. « Le marché s’interroge sur le niveau de l’inflation, sur ce que va faire la Fed, sur l’impact que cela va avoir sur les marchés », a expliqué la spécialiste en prédisant que les échanges resteraient limités tant que les investisseurs n’auront pas plus de clarté sur la trajectoire de la politique monétaire américaine, à l’automne probablement.

Titres en action

Voici une sélection d’annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises. >>>À lire ici<<<

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *