L'unité française d'Altice montre les premiers signes de reprise au premier trimestre

* Meilleure performance commerciale en France depuis 2014

* Cessions d'actifs à finaliser en H2

* Séparation d'Altice USA début juin

Par Mathieu Rosemain et Gwénaëlle Barzic

PARIS, 17 mai ( Informations entreprises (Informations entreprises) – L'unité française d'Altice Europe a montré les premiers signes de reprise au premier trimestre, a annoncé jeudi le groupe de télécoms et de câbles, souhaitant renverser la perte de confiance des investisseurs qui a battu ses actions depuis l'année dernière.

L'entreprise endettée a déclaré que sa principale division SFR, deuxième plus grande entreprise de télécommunications en France, a ajouté pour la première fois ses clients haut débit depuis que le fondateur et propriétaire majoritaire d'Altice, Patrick Drahi, l'a racheté en 2014.

au premier trimestre de l'année précédente, mais à un rythme plus lent qu'au trimestre précédent.

Le manque de croissance de SFR malgré d'énormes investissements dans ses réseaux avait suscité des inquiétudes quant à la capacité d'Altice à augmenter ses recettes et ses marges pour rembourser sa dette de 50 milliards d'euros.

"Au premier trimestre 2018, Altice Europe a commencé à réaliser son plan de redressement opérationnel, montrant la meilleure tendance des abonnés Altice a jamais rapporté", a déclaré le directeur général Dexter Goei en appel avec des journalistes.

L'unité française a ajouté 71 000 abonnés fixes au premier trimestre, portant le total à 6 millions. Il a également ajouté 239 000 clients mobiles au cours de la même période, sa meilleure performance trimestrielle enregistrée.

BATAILLE À LARGE BANDE

Le chiffre d'affaires trimestriel de SFR a diminué de 1,1% à 2,6 milliards d'euros (3,07 milliards de dollars).

La croissance est attendue car la société ajoute des clients haut débit, en particulier ceux qui optent pour la technologie fibre la plus rentable, et perd moins d'abonnés.

La performance d'Altice dans le secteur de la téléphonie fixe contraste avec celle de son rival Iliad, dont les actions ont chuté après avoir admis avoir perdu des clients haut débit pour la première fois.

Les lourds investissements sur les réseaux fixes, conjugués aux fortes promotions prolongées de SFR et de ses concurrents Iliad, Orange et Bouygues Telecom, ont conduit à une concurrence acharnée dans le secteur français des télécoms.

"Il va y avoir une bataille entre les quatre sur le marché en 2018", a déclaré Xavier Buffon, analyste chez S & P qui couvre Altice.

Le chiffre d'affaires total d'Altice Europe est resté stable sur le trimestre à taux de change constant à 3,53 milliards d'euros. Le résultat opérationnel core a baissé de 0,5% sur la même base à environ 1,3 milliard d'euros.

La vente d'actifs que Altice juge non essentiels, comme son unité de la République dominicaine et ses tours françaises et allemandes, sera finalisée au second semestre, a précisé Altice.

Le groupe a confirmé mais ajusté ses prévisions pour l'année entière afin de refléter l'adoption d'une nouvelle norme comptable. Il a déclaré que sa séparation avec Altice USA sera effective début juin. (1 $ = 0.8469 euros) (Reportage de Mathieu Rosemain et Gwenaelle Barzic, édité par Richard Chang)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *