Vers un équilibre des impulsions contradictoires ?, Stratégie trading devises

D’après le dernier communiqué de la Réserve fédérale (Fed), l’inflation se rapproche de son objectif à 2%. Au regard des derniers discours des membres de l’institution de Washington, Il est désormais très probable que la Fed procède à deux relèvements de taux supplémentaires en 2018.

Le prochain tour de vis monétaire devrait intervenir au mois de juin. Et pour cause, selon le FedWatch du CME Group, la probabilité d’un relèvement de taux de 25 points de base (0,25%) est de 95 % pour le mois de juin. Néanmoins, nous notons que l’inflation manque à l’appel. En effet, l’indice des prix à la consommation est ressorti inférieur aux attentes du consensus à 0,2% pour le mois d’avril. En rythme annualisé, le même indice progresse de 2,5%, après une hausse de 2,4% en mars. Toutefois, l’inflation de base (CPI Core) a augmenté de 0,1% sur un mois et de 2,1% en rythme annualisé. Dans la mesure où l’ensemble de ces données sont inférieures aux attentes de la Fed, nous estimons que cette dernière devrait conserver sa politique de « durcissement graduel » de la politique monétaire. 

Par ailleurs, la croissance américaine continue de se renforcer, d’autant que la réforme fiscale de Donald Trump devrait porter la croissance du PIB à 3% en 2018. En outre, les tensions sur le marché du travail réapparaissent au travers de l’accélération des salaires, de la hausse de l’activité et de la forte contraction des inscriptions hebdomadaires au chômage.

Du côté de la zone euro, nous faisons état d’un net ralentissement de l’activité économique. En effet, l’indice PMI des services s’est contracté de 0,3 point à 54,7 au mois d’avril. Evidemment, cet indicateur témoigne des tensions commerciales qui règnent en occident et de la contraction des pressions inflationnistes. Ces dernières ne montrent toujours pas de signes de redressement significatifs. Toutefois, nous remarquons que la demande de crédit bancaire poursuit son accélération en zone euro grâce à l’assouplissement des conditions d’octroi. Dans un tel contexte, la Banque centrale européenne (BCE) devrait conserver un biais prudent. Ainsi, nous anticipons une prolongation du « Quantitative Easing » au-delà du mois de septembre 2018.

Représentation technique de la paire EURUSD, en D1 – source : xStation 5

D’un point de vue technique, la paire EURUSD évolue en tendance baissière en unité de temps journalière (D1). En effet, nous observons sur le graphique ci-dessus que les prix fluctuent à l’intérieur d’un canal baissier. De plus, les cours oscillent sous les moyennes mobiles à 7 et 21 périodes depuis plusieurs jours. Néanmoins, dans la mesure où les canaux baissiers sont cassés par le haut, nous avons un biais acheteur sur l’actif et estimons qu’il pourrait renouer avec le niveau des 1,2055 dollar pour 1 euro, soit le seuil des 50% des retracements de Fibonacci à court/moyen terme. 


Jouez cette stratégie avec des :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *