Leyla Maghsoodi-Parsons, « Alliances Network Officer » chez BNP Paribas Real Estate

Tous les conseils s’intéressent de près au coworking. Récemment, Savills annonçait le lancement, en France, de sa plate-forme Workthere dédiée aux espaces de coworking disponibles sur l’ensemble du territoire (voir notre Immomail du 5 mars dernier). Et, la semaine dernière, Cushman & Wakefield annonçait le recrutement d’Emma Swinnerton en qualité de « head of flexible leasing solutions EMEA ».

Cette ex-directrice commerciale de « Spaces & new formats » chez Régus aura, dans ces nouvelles fonctions, « un rôle de conseil axé sur le marché des bureaux flexibles et coworking ». Et le conseil de rappeler que « compte tenu de l’évolution rapide de ce secteur et de sa maturité, Cushman & Wakefield anticipe que chaque bâtiment multi locataires de grande taille inclura, désormais, un espace de travail flexible, les propriétaires cherchant à tirer profit de cette demande croissante tout en répondant aux besoins de leurs occupants potentiels ». Il est vrai que tous les spécialistes relèvent que le coworking participe, actuellement, largement au dynamisme de la demande, en particulier dans Paris. JLL souligne, d’ailleurs, à propos des grandes transactions réalisées au 1er trimestre en Ile-de-France que si « le secteur de l’industrie domine sur ce segment de marché avec 40 % des volumes placés via 5 transactions, suivent les sociétés du secteur financier (6 transactions), la communication-création (2 transactions) » et « les services immobiliers avec 4 transactions, toutes aux mains d’opérateurs d’espaces de coworking ». Et l’on dit, actuellement, que des sociétés de coworking, en l’occurrence WeWork et Spaces, seraient au coude à coude et en négociations pour prendre pied dans Paris Rive Gauche…

Autre récente bonne nouvelle pour le marché de la location de bureaux : les résultats d’une enquête de Pôle emploi selon lesquels les entreprises anticipent 2,3 millions de recrutements cette année, un chiffre en augmentation de plus de 18 % sur 2017. Surtout, si tous les secteurs sont concernés, 63 % de ces projets de recrutements concerneraient celui des services…
Autant d’évolutions qui viennent renforcer les anticipations des grandes sociétés de conseil qui tablent, pour 2018, sur une demande placée autour de 2,5 millions de mètres carrés en Ile-de-France cette année, voire supérieure, Bref, comme sur le marché de l’investissement, ce n’est plus la demande qui semble poser problème sur le marché locatif, mais plutôt l’offre, « la dynamique du marché (locatif, ndlr) pouvant toutefois subir les effets du manque d’offre disponible » comme le relève JLL…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *