L’Europe termine en hausse après la BCE, l’euro baisse

Crédit photo © Informations entreprises

par Laetitia Volga

PARIS (Informations entreprises) – Les Bourses européennes ont clôturé en hausse jeudi une séance chargée en résultats d’entreprises, après les annonces de la Banque centrale européenne (BCE) qui maintient sa politique accommodante et l’effet positif de la baisse de l’euro face au dollar consécutive aux propos positifs de Larry Kudlow sur les tensions commerciales avec la Chine.

À Paris, le CAC 40 a terminé sur un gain de 0,74% (+40,28 points) à 5.453,58 points, après avoir touché un plus haut de près de trois mois à 5,460.01.

A Londres, le Footsie a gagné 0,57% et le Dax allemand a pris 0,63%.

L’indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,58%, le FTSEurofirst 300 de 0,89% et le Stoxx 600 de 0,94%.

La Banque centrale européenne (BCE) a confirmé jeudi le biais accommodant de sa politique monétaire : elle a redit qu’elle maintiendrait ses taux stables bien après la fin de son programme de rachats d’actifs et n’a toujours pas exclu d’en étendre la durée si nécessaire.

« Il semble que la BCE souhaite attendre jusqu’à la réunion de juin quand davantage de données et de prévisions économiques de leurs experts seront disponibles avant de s’engager dans tout changement de politique monétaire », résume Brendan Lardner, directeur EMEA de la gestion au sein de l’équipe active global fixed income chez State Street Global Advisors.

L’euro a brièvement accru ses gains face au dollar, touchant un pic en séance à 1,2209, soutenu par les propos du président de la BCE Mario Draghi qui s’est montré confiant sur la croissance économique en zone euro et a indiqué que la volatilité des changes n’avait pas été évoquée lors de la réunion de politique monétaire du Conseil des gouverneurs.

La devise unique a ensuite effacé ses gains pour toucher un plus bas en séance à moins de 1,21 dollar, affectée par la remontée du billet vert.

Le conseiller économique de la Maison blanche, Larry Kudlow, a déclaré qu’il participerait à la délégation qui se rendra prochainement en Chine et a dit s’attendre à ce que les discussions à venir avec Pékin sur les questions commerciales soient positives.

Cette annonce a profité au dollar qui a effacé ses pertes et évolue désormais à un pic de plus de trois mois face à un panier de devises de référence.

Le spectre de guerre commerciale entre les deux premières puissances mondiales avait pesé ces dernières semaines sur les marchés mondiaux, avec la crainte de répercussions économiques de grande ampleur.

SAFRAN TERMINE EN TÊTE DU CAC 40

La détente sur le marché obligataire a constitué un autre soutien jeudi aux indices actions. Le rendement des Treasuries à dix ans est repassé sous les 3%, à 2,9959%, et son équivalent allemand est tombé à un plus bas d’une semaine à 0,595%.

La baisse des rendements d’Etat a profité aux valeurs les plus sensibles à l’évolution des taux, comme les services aux collectivités, dont l’indice européen a gagné 1,72%.

Safran a terminé en tête du CAC avec un gain de 5,99%, le groupe d’aérospatiale et de défense ayant estimé qu’il atteindrait le haut de ses objectifs annuels de résultats après une hausse de 12% de son chiffre d’affaires au premier trimestre.

Volkswagen a gagné 2,66% grâce à l’optimisme suscité par le récent remaniement à sa tête et des provisions plus faibles que prévu pour le « dieselgate ».

La compagnie aérienne low-cost Norwegian Air Shuttle a bondi de 17,69% après avoir dit avoir reçu de multiples marques d’intérêt dont celle d’IAG.

En revanche, Lufthansa, la première compagnie aérienne allemande, a chuté de 5,51%, les coûts de développement de la filiale à bas coûts Eurowings ayant freiné la progression de son bénéfice trimestriel.

Autre baisse importante du Stoxx 600, celle du spécialiste de l’éclairage Philips Lighting qui a dévissé de 13,28% après avoir annoncé un bénéfice d’exploitation ajusté au premier trimestre plus faible que prévu, pénalisé par le recul de ses ventes et de ses marges.

A Paris, c’est Technicolor qui s’est enfoncé dans le rouge (-9,32%) après le point d’étape du groupe sur son activité du premier trimestre à l’occasion duquel il a évoqué des pressions persistantes sur les marges de sa principale division.

FACEBOOK BONDIT DE 9,1% APRÈS SON T1

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait en hausse: le Dow Jones prenant 0,69% et le Nasdaq composite 1,35%.

Les valeurs technologiques portent la tendance à New-York après les résultats supérieurs aux attentes de Facebook (+9,14%), qui montrent que ses recettes publicitaires n’ont pas pâti du scandale concernant la protection des données personnelles de ses utilisateurs révélé à la mi-mars.

Le fabricant de semi-conducteurs Advanced Micro Devices bondit de 12,72% porté également par des résultats trimestriels meilleurs que prévu.

Sur le marché pétrolier, le cours du Brent évolue au-dessus des 74 dollars le baril et le brut léger américain (WTI) autour des 68 dollars, soutenus par les anticipations de nouvelles sanctions américaines contre l’Iran, la baisse de la production au Venezuela et un contexte général de forte demande.

(Édité par Blandine Hénault)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *