Les Bourses européennes sous le feu des résultats avant la BCE


LES BOURSES EUROPÉENNES SANS GRAND CHANGEMENT À L’OUVERTURE

par Blandine Henault

PARIS (Informations entreprises) – Les principales Bourses européennes évoluent sans grand changement jeudi dans la matinée, les investisseurs devant digérer une salve de publications de résultats d’entreprises avant la décision attendue de politique monétaire de la Banque centrale européenne, tout en restant attentifs à l’évolution des rendements obligataires.

À Paris, l’indice CAC 40 avance de 0,16% à 5.422,2 points vers 07h40 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,2% tandis qu’à Londres, le FTSE recule de 0,15%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro grappille 0,03%, le FTSEurofirst 300 gagne 0,10% et le Stoxx 600 s’adjuge 0,12%.

La cote est animée par de multiples publications de résultats, dont ceux, sanctionnés, de Nokia (-8,43%), Deutsche Bank (-1,97%), Lufthansa (-3,98%) ou encore Valeo (-1,28%) et TF1 (-2,25%) à Paris.

Lanternes rouges du Stoxx 600, les néerlandais BE Semiconductor et Philips Lighting accusent des replis de plus de 9% et pèsent sur la Bourse d’Amsterdam (-0,26%).

A contrario, les annonces de Volkswagen (+3,41%), Safran (+2,72%) ou encore Neste (+11,78%) sont bien accueillies par le marché.

La chute de Nokia pénalise en particulier le segment technologique(-0,61%) en dépit des résultats salués ce matin en Asie de Samsung et la veille à Wall Street de Facebook.

Les publications sont également attendues nombreuses jeudi outre-Atlantique, avec les résultats entre autres de General Motors, Intel et Microsoft.

EN ATTENDANT LA BCE

En Europe, les investisseurs seront aussi attentifs à la décision de politique monétaire de la BCE qui devrait opter pour le statu quo dans son communiqué publié à 11h45 GMT. Mais les propos de son président Mario Draghi retiendront l’attention lors de la conférence de presse qui débutera à 12h30 GMT. Les opérateurs de marché guetteront toute indication concernant l’avenir du programme de rachats d’actifs de la BCE.

« La BCE n’a pas besoin de se montrer aussi accommodante (…) qu’elle ne l’a été lors de sa réunion du 8 mars. Elle devra plutôt maintenir les anticipations du marché sur l’inévitable normalisation de sa politique monétaire », estiment les économistes de Société générale.

Mario Draghi pourrait également se réjouir de la baisse de l’euro, revenu sous 1,22 dollar alors que le billet vert est tiré à la hausse par la remontée des rendements des Treasuries.

Le dollar évolue à un plus haut de trois mois et demi face à un panier de devises de référence et l’euro évolue à 1,2169.

Le rendement des Treasuries à 10 ans recule un peu jeudi mais reste ancré au-delà du seuil de 3% franchi cette semaine pour la première fois depuis janvier 2014. Il évolue autour de 3,01% après avoir atteint mercredi 3,035%. Son équivalent allemand se situe autour de 0,61% après un pic à 0,655%.

Du côté du marché pétrolier, les cours du brut sont orientés à la hausse en dépit de l’augmentation des stocks d’essence et de brut aux Etats-Unis la semaine dernière. Les tensions géopolitiques, notamment autour de l’accord sur l’encadrement des activités nucléaires iraniennes dont Donald Trump a contesté le bien-fondé, contribuent à soutenir les cours.

(Édité par Véronique Tison)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *