Les banques comptent 109 banquiers millionnaires en France

Dernière des quatre grandes banques françaises à publier ses chiffres, le Crédit Agricole compte 25 banquiers gagnant plus d’un million d’euros au titre de 2017, dont 9 en France.

Le Crédit Agricole confirme la bonne tenue des grandes rémunérations dans les banques en France. Le groupe a publié vendredi matin son rapport sur les rémunérations (consacré aux banquiers gagnant plus de 500.000 euros ou considérés comme des preneurs de risques) et fait état de 25 banquiers gagnant plus de un million d’euros, dont 9 en France au titre de l’année 2017.

Avec BNP Paribas, Société Générale et Natixis, la place de Paris compte 109 banquiers millionnaires, soit 7 de plus qu’il y a un an.  C’est un plus haut depuis que les banques ont l’obligation de publier ces chiffres, il y a quatre ans. Cette contrainte en revanche ne s’applique pas aux banques d’affaires où les rémunérations peuvent se révéler bien plus significatives.

Un total de 355 millionnaires, international compris

Si elles se montrent plus généreuses dans l’Hexagone, les quatre grandes banques françaises comptent toutefois un nombre total (France + international) de banquiers millionnaires plus faible (355 en 2017 contre 374 en 2016). Ce recul tient pour l’essentiel à la réduction de voilure de Société Générale. La banque de la Défense a réduit ses bénéficiaires d’une vingtaine à l’étranger, et de six en France.

Au final, BNP Paribas détient donc toujours le plus grand nombre de banquiers millionnaires (215) et dépasse la Société Générale cette année dans l’Hexagone. Le groupe de Frédéric Oudéa n’en comptabilise plus que 74, et Natixis distance désormais largement la banque Verte (41 banquiers contre 25).

Sur le plan des bonus , l’enveloppe des variables chez Crédit Agricole est restée quasi stable (141,5 millions d’euros, -0,9 %) en 2017. Le nombre de banquiers concernés croissant, le bonus moyen recule (-3,5 %) à près de 179.800 euros. Il s’agit du plus faible montant des banques françaises (255.000 euros chez Société Générale, 312.600 euros chez BNP Paribas, 313.900 euros chez Natixis). Seule la filiale de BPCE a fait progresser la moyenne de ses variables.

Anne Drif





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *