Le marché de la dette poursuit sa détente après la BCE

Le marché de la dette a poursuivi son mouvement de détente vendredi, au lendemain d’une réunion de la Banque centrale européenne (BCE) qui a rassuré les investisseurs quant à la poursuite du soutien de l’institution de Francfort.

« Cette réunion n’a pas vraiment apporté d’éléments nouveaux », mais cela a néanmoins conforté le marché, a souligné auprès de l’AFP Axel Botte, stratégiste obligataire pour Ostrum AM.

La BCE a en effet maintenu ses taux directeurs au plus bas et confirmé qu’elle poursuivra son vaste programme de rachats de dette au moins jusqu’en septembre, sans donner d’indices sur la date de son abandon.

Or, le marché estime que « la BCE va annoncer une réduction graduelle (des rachats, ndlr) jusqu’en décembre », analyse auprès de l’AFP Antoine Lesné, responsable stratégie et recherche chez SPDR ETF (filiale de State Street Global Advisors).

Autre facteur de soutien, la BCE continue de réinvestir dans son portefeuille d’obligations, à la différence de la Réserve fédérale américaine, souligne M. Lesné.

Par ailleurs, le spécialiste pointe du doigt des chiffres macroéconomiques qui ne surprennent plus à la hausse, ce qui diminue l’appétit pour les actifs risqués.

« La dynamique d’indicateurs de surprises économiques commence à être un peu moins bonne. Cela peut peser sur les investisseurs, qui sont un peu plus frileux. Il y a des positionnements plus défensifs avec une réduction des positions actions des investisseurs institutionnels, ce qui signifie des rachats d’obligations », résume M. Lesné.

Dans ces circonstances, la publication de la croissance américaine, qui est restée soutenue à 2,3% au premier trimestre en rythme annuel, a eu un impact limité sur le marché obligataire.

À 18H00 (16H00 GMT), le taux d’emprunt à dix ans de l’Allemagne a reculé à 0,571% contre 0,593% jeudi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France a connu un mouvement similaire, terminant à 0,796% contre 0,817%.

Celui de l’Italie est resté quasiment stable à 1,741% contre 1,747%, tout comme celui de l’Espagne à 1,262% contre 1,270%.

En dehors de la zone euro, le taux britannique a baissé à 1,445% contre 1,504%.

A la clôture des marchés européens, le taux d’emprunt à 10 ans des États-Unis se détendait à 2,960% contre 2,981% jeudi. Celui à 30 ans reculait aussi à 3,134% contre 3,164%. Le taux d’emprunt américain à deux ans s’établissait pour sa part à 2,484% contre 2,482%.

lem/ref/nth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *