La Roche Tarpéienne est proche du Capitole : l’Italie au bord du gouffre?

 

 

Le Rubicon a été franchi dans une Italie dont les partis politiques ont été incapables de convaincre leur électorat qu’ils pouvaient gérer leur pays dans l’intérêt de tou(te)s. Les « populistes » vont donc gérer un pays ingérable. L’extrême gauche et l’extrême droite ont en commun l’extrémisme, mais le contenu de leurs idéologies est opposé.

Quitter l’Euro ?

Malgré des prétentions contradictoires, l’attitude de la coalition italienne vis-à-vis de l’Euro est au mieux ambiguë, au pire franchement hostile. Que le retour à la lire italienne sonne le glas de l’Italie ne fait aucun doute. Mais quand on aime, on ne compte pas.

Une fois de plus nous sommes confrontés à une absence totale de pédagogie financière de l’Eurozone et de la Banque Centrale Européenne : aucune campagne n’a jamais expliqué aux habitants de l’Eurozone les avantages de l’Euro et les dirigeants nationaux ont crie haro sur le baudet en blamant l’Euro pour leur indicispline.

Que l’Italie bénéficie de milliards d’euros de subventions ne changera rien au fait que ceux qui dirigeront la péninsule vont jouer à nous faire peur.  l’Europe a appris comment laisser les chiens aboyer tandis que la caravane passe. Mais la panique est par definition incontrolable.

On ne reviendra donc pas sur le fait qu’on ne quitte pas l’Euro à moins de quitter l’Union Européenne. Italexit ressemble de plus en plus à un mauvais livre d’Obélix dans « Astérix et la Transitalique » ou les Romains échouent lamentablement face aux gaulois.

Les taux d’intérêt italiens s’envolent

Comme prédit dans de nombreux postes antérieurs, les investisseurs ont perdu confiance en l’Italie et cela a un impact immédiat sur les taux d’intérêt italiens. Bien sûr, les pieds nickelés de la politique italienne accusent les marchés de « chantage ». Ils seront vite confrontés à ce qui pourrait être une crise de la dette souveraine italienne.

Ces derniers jours, le taux a dix ans est passe de 1,9 a 2,25%.

Bref, on découvre comme prévu que le nouveau gouvernement se comporte comme un éléphant dans un magasin de porcelaine et est déjà occupé à casser ce qui reste encore de la crédibilité de la dette italienne.

La Banque Centrale Européenne a trop fait de cadeaux

Même si (et peut-être surtout) parce que Mario Draghi est aux commandes de la Banque centrale Européenne, la demande du nouveau gouvernement d’effacer la dette italienne détenue par la BCE (environ 250 milliards grâce à la politique monétaire du « quantitative easing » du même Draghi), sera refoulée avec pertes et fracas.

La BCE n’a plus les moyens de faire face à une dette qui représente 130% du PIB et de € 3,200 milliards. L’Europe financière, dominée par des dirigeants italiens, a été complaisante vis-à-vis d’une Italie qui représente depuis longtemps un risque systémique pour l’Europe.

C’est maintenant que les erreurs de la politique monétaire européenne risquent de se payer, intérêts et principal, fois d’animal.

L’Italie peut-elle enclencher le tsunami de la dette souveraine ?

Au même moment, les taux d’intérêts américains continuent de monter… et sa dette atteint 22 000 milliards de dollars. La Federal Reserve est lourdée de dette américaine. Elle n’a certainement pas les moyens de venir au secours d’une Banque Centrale Européenne exsangue, à moins bien sûr que, réalisant que les Etats-Unis risquent de vaciller de leur piédestal, il vaille mieux faire jouer les accords « swap » entre banques centrales que de risquer de couler avec le Titanic italien. Cette forme de soutien des banques centrales entre elles sera le dernier rempart avant un effondrement économique.

Une crise de la dette italienne aurait pour conséquence immédiate un effondrement des obligations emises par les Etats de l’Eurozone de l’Eurozone qui entrainerait le tsunami des dettes souveraine mondiales. L’interconnexion des marchés obligataires fait qu’en un oment, les investisseurs y verront une crise d’une zone monétaire qui n’a pas les moyens de faire Face a de tels montants.

Sauve qui peut

 

 

Signaler ce contenu comme inapproprié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *