Ce contrat de gouvernement des populistes dévoilé par le HuffPost italien prévoyait la sortie de l’euro

INTERNATIONAL – Sortie de l’euro, renégociation des traités européens, annulation de 250 milliards d’euros de la dette italienne par la BCE… Voilà les propositions explosives pour l’Italie et l’Union européenne qui figurent, entres autres, dans une ébauche de « contrat de gouvernement » entre la Ligue (extrême droite) et le M5S (populiste) dévoilée par nos confrères du HuffPost italien. Un document qui sème un peu plus le trouble de l’autre côté des Alpes où la constitution (inédite) d’un gouvernement antisystème réunissant les extrêmes est toujours à l’ordre du jour après des législatives qui ont fait imploser le système politique italien.

Si les deux partis, qui discutent encore de leur contrat de gouvernement, ont confirmé l’authenticité du document, ceux-ci ont réagi immédiatement pour préciser que cette version datant de lundi matin était « dépassée » et a été « amplement modifiée » depuis. Des dénégations qui n’ont pas apaisé le torrent de réactions indignées qu’a provoqué la parution de ce texte.

La sortie de l’euro, plus à l’ordre du jour?

La plus emblématique des propositions formulées un temps par les deux mouvements demeure sans conteste l’hypothèse d’une sortie de l’euro. Parmi les nombreuses mesures évoquées dans ce document de 39 pages figurent l’introduction de mesures « techniques de nature économique et juridique qui permettent aux Etats membres de sortir de l’Union monétaire, et donc de retrouver leur souveraineté monétaire ».



HuffPost Italia

Face au tollé suscité par la parution de ce document, le M5S et la Ligue ont dans un communiqué tenté d’apaiser les esprits en expliquant que la version sur laquelle il travaillaient à présent ne correspondait « pas à celle qui a été publiée ». De nombreux contenus ont « radicalement changé » en particulier sur l’euro, les deux partis ayant « décidé de ne pas mettre en discussion la monnaie unique », ont-ils assuré.

Un autre passage évoque la possibilité de demander à la Banque centrale européenne (BCE), dirigée par l’Italien Mario Draghi, d’annuler quelque 250 milliards d’euros de dette italienne détenue sous forme de titres d’Etat par l’institution de Francfort. « Leur annulation rapportera environ 10 points de pourcentage » de dette publique, explique le texte qui prévoit aussi « une rediscussion des traités européens ».

Les deux alliés potentiels n’ont pas précisé s’ils renonçaient à réclamer cette annulation de la dette italienne, proposition qui ouvrirait de fait une nouvelle crise au sein de l’Union européenne au moment où celle-ci peine à se réformer.

Plus original, le document prévoit de porter auprès de l’Union européenne le principe de la création d’un « revenu de citoyenneté » de base, cofinancé avec Bruxelles.

Chute boursière

Aussitôt publié, le texte a suscité une avalanche de commentaires dans la presse italienne, journalistes et experts critiquant en particulier sa « naïveté », beaucoup y voyant l’impréparation des deux partis en position de gouverner le pays. L’actuel ministre du développement économique Carlo Calenda a affirmé que ce texte constituait « la plus énorme accumulation d’absurdités économiques jamais écrites de mémoire d’homme ».

Les marchés financiers n’ont pas apprécié non plus: la Bourse de Milan a ouvert mercredi sur un recul de 0,75%, pire performance des banques européennes, tandis que le spread – l’écart très observé en Italie entre les taux d’emprunt italien et allemand à dix ans – a ouvert à 137 points, contre 131 mardi soir.

Autre mesure préconisée: la création d’un « comité de conciliation », structure liée aux partis et parallèle au gouvernement, chargé de régler les éventuels désaccords entre les deux forces politiques. Au vu de la teneur des discussions compliquées entre les deux partenaires, ce comité pourrait se révéler très utile.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

• Pour la première fois en Europe, un gouvernement antisystème réunissant les extrêmes peut voir le jour en Italie

• BLOG – 3 leçons qu’il faut retenir des élections législatives en Italie

• Après L’Emission politique, difficile de savoir si Marine Le Pen veut sortir de l’euro

• Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPostcliquez ici

• Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

• Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *