Richemont, un poids… pour le CAC40 ?

Le Suisse a amlior ses comptes lors de l’exercice clos le 31 mars dernier, mais on est loin des taux de progression affichs par ses rivaux, notamment chez Gucci (pour Kering), Louis Vuitton (chez LVMH) ou Herms. Le bureau d’tudes Invest Securities n’y va pas avec le dos de la cuillre pour rsumer la publication. Les rsultats sont certes en hausse, crit-il ce matin, mais ils « montrent toutefois une progression trs limite, sinon indigente en regard de la reprise du secteur du luxe, une preuve de plus dun partage trs dsquilibr de la croissance du secteur suivant les acteurs ». Le spcialiste s’interroge : Richemont a-t-il totalement solutionn sa crise managriale, probablement minimise par le march ?

Un dossier en reconstruction

En bourse, les investisseurs ont tranch : c’est un cinglant -6% pour le propritaire de MontBlanc, Lancel, Piaget, Cartier et Purdey, 93,36 francs en sance. L’action paie aussi le manque de clart sur les objectifs, mis en avant par Vontobel, Baader Helvea ou Invest Securities. Une situation qui n’est pas vraiment problmatique l’heure actuelle quand on s’appelle LVMH ou Kering, mais pas Richemont. Les deux groupes franais ne fournissent en effet aucunes prvisions chiffres, mais leurs trajectoires de croissance sont si leves que le march n’en a cure. Le Suisse, convalescent, ne bnficie pas d’une telle mansutude. Chez UBS, l’analyste en charge du dossier a bien not des progrs dans plusieurs branches, mais se montre du par l’ampleur du rachat de stocks de montres, l’Ebit triqu et un dividende peu gnreux.
 


En Europe, il y a LVMH, Kering et Herms, et il y a les autres
 

Un poids grandissant
 

Il est difficile de comparer les groupes franais et Richemont, car ce dernier dispose d’un gros portefeuille de marques mais pas d’un vritable fer de lance comme peuvent l’tre Gucci, Louis Vuitton et Herms. Mais une chose est sre, le modle des Franais est sans conteste le plus adapt pour crer de la surperformance sur des marchs du luxe dj bien orients. A la Bourse de Paris, LVMH, Herms et Kering figurent parmi les dix plus fortes capitalisations de la place. Depuis le dbut de l’anne, les deux derniers ont mme dpass le poids boursier d’Axa, relgu au 10me rang. Par consquent, leur influence dans les indices ne fait que crotre… et l’on peut sans doute affirmer que Richemont fait aujourd’hui baisser le CAC40, ou du moins y contribue, indirectement. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *