"Gilets jaunes": La mobilisation du 18ème émail samedi d'incidents

0
53

* Entre 7 000 et 8 000 protestants à Paris, selon le rapport
gouvernement
* Scènes violentes dans le quartier des Champs-Elysées
* Il y avait 64 personnes au début de l'après-midi
arrêté

(Mis à jour avec de nouveaux éléments)
PARIS, 16 mars (Good Banque) – Des affrontements ont éclaté à Paris
policiers et des manifestants, en particulier aux alentours de
Champs-Elysées, lors de la 18ème journée de mobilisation consécutive
"Yellow Vests", un mouvement que les dirigeants espèrent créer
donner une nouvelle impulsion après quelques semaines d'essoufflement.
Environ 7 000 à 8 000 personnes ont manifesté au milieu de
jour dans la capitale, le point de convergence de la
mobilisation, a déclaré le ministre de l'Intérieur, Christophe
Castaner, dans les bâtiments du commissariat.
Parmi les manifestants figurent 1500 "ultra violents (…) qui sont
venir se casser, se battre et attaquer ", at-il déclaré.
ajouté. "Et déjà ce matin ils l'ont fait en voulant deux
prendre d'assaut l'Arc de Triomphe au moins une fois. & # 39;
C'est "peut-être" le chant du cygne du mouvement, toujours
a déclaré Christopher Castaner, presque tous les jours pendant quatre mois
après le "acte i".
De la mi-matinée groupes "gilets
"jeté des projectiles sur la police et
essayé de mettre en place des barricades comme ils l'avaient
l'habitude de le faire au plus fort de la crise en décembre.
Divers magasins et lieux emblématiques de
Avenue des Champs-Elysées, comme la brasserie Fouquet
endommagé lors du rappel des images de fracture, avec un
moins d'intensité, celle de décembre.
Franklin Roosevelt Avenue, une agence de la Tarneaud Bank,
filiale du Crédit du Nord, a également été incendiée.
La police a utilisé du gaz à certains endroits
gaz lacrymogène et des canons à eau pour tenir les manifestants à distance
la distance.
Soixante-quatre personnes ont été arrêtées, selon un
compte donné au début de l'après-midi par la préfecture de
police.
Les leaders de facto de la manifestation ont mentionné ceci
derniers jours jusqu'à "une mobilisation de monstres" à Paris. Dans
vidéo publiée sur les réseaux sociaux, Eric Drouet, figure du
le bord le plus radical, a exhorté les "cardigans jaunes" à conduire à
l'avenir des actions d'un nouveau genre sans dire exactement
sous quelle forme, ont des manifestations traditionnelles
selon lui, leur échec est prouvé.
La tendance a été à la baisse ces dernières semaines. 9
28 600 personnes sont descendues dans les rues en mars
France, dont 3 000 à Paris, selon les autorités, le total des
plus faible depuis le 17 novembre.
Ce 18ème samedi consécutif de mobilisation coïncide avec le
fin de deux mois "grand débat national", un nouvel exercice
proposé par l'exécutif en réponse à la gêne occasionnée lors de
de cette crise.

(Simon Carraud avec Emmanuel Jarry, Benoît Tessier et Leigh
Thomas, édité par Jean-Stéphane Brosse)