Décryptage des cartes CAC 40 à la clôture du lundi 11 mars 2019 – Plus forte augmentation

0
79

Publié le 11/03/2019 à 18h00

(Good Banque) – SOCIETE GENERALE (+ 4,17% à 26,355 euros)

Le secteur bancaire a rebondi aujourd'hui après avoir été bouleversé la semaine dernière, en raison notamment des décisions de la BCE. Une nouvelle presse rapporte qu'une fusion entre Deutsche Bank et Commerzbank alimente ce rebond.

Good Banque – EN SAVOIR PLUS

Forces de valeur

– Banque universelle opérant dans la banque de détail en France (numéro 3 avec le Crédit du Nord et Good Banque Banque) et en Europe de l'Est, ainsi que dans la finance d'entreprise et les services financiers internationaux;

– Solde des 3 activités, le produit net bancaire de 24 milliards d’euros étant équilibré entre la banque de détail en France, les réseaux étrangers et les services financiers internationaux et la banque de grands clients et investisseurs en solutions;

– accélération de la transformation numérique;

– Des positions fortes en Europe occidentale (69% du chiffre d'affaires) et des positions fortes dans la CEE (10%), puis en Russie (3%), en Afrique (5%), en Amérique (7%) et en Asie-Océanie (6%) ;

– Relèvement des ratios de Bâle 3 à 11,6% pour les actions ordinaires de niveau 1;

– Bilan solide permettant une forte augmentation du dividende.

Faiblesses en valeur

– Méfiance des investisseurs à l'égard des banques européennes et d'une réglementation européenne consommant des fonds propres.

– la montée des banques en ligne et des géants de l'internet ou des télécoms;

– Forte présence en Russie via la filiale Rosbank, ainsi que dans les pays d'Europe de l'Est où l'augmentation des crédits entraînera une augmentation des besoins en fonds propres;

– Morbidité de la banque de détail en France, qui pourrait être affectée par le gel des taux bancaires demandés par le gouvernement après le mouvement des "gilets jaunes" et, dans la banque d’investissement, par la sensibilité aux turbulences des marchés boursiers (tensions les risques de guerre commerciale) et les obligations (risque de retour de l’inflation).

Comment suivre la valeur

– La valorisation des banques dépend de 7 points: positions de liquidité, capacité à respecter le ratio de solvabilité dit "Bâle 3" égal à 9,5% des fonds propres, contrôle des engagements des banques d'investissement, centralisation des produits dérivés compensant le coût du risque, qui est lui-même liées à l'environnement économique, au rendement des capitaux propres ou au ROE et, enfin, aux décisions des banques centrales – USFD et European BCE;

– Augmentation de l'activité en ligne à laquelle seront consacrés 1,5 milliard d'euros d'ici 2020, tant pour Good Banque que pour les réseaux conventionnels – Général et Crédit du Nord;

– poursuite des investissements dans le financement alternatif;

– Réalisation de l'adaptation de la banque de détail en France (réduction du nombre de succursales, réduction des plates-formes de back-office et automatisation de 80% des processus internes;

– Capital éclaté dont les salariés sont les premiers actionnaires avec près de 13% des droits de vote.

Finance – Banques

Comme indiqué dans les résultats du troisième trimestre, l’assurance est une activité de plus en plus importante de la banque de détail en France. En conséquence, l’assurance a représenté plus de 15% du bénéfice avant impôts du groupe BNP Paribas, avec une part des ventes limitée à 7%. Le groupe Crédit Agricole, premier groupe d’assurance vie en France aux côtés de CNP, a réalisé un chiffre d’affaires de 27% en un an (645 millions d’euros), pour un résultat avant impôts de 490 millions d’euros (+ 38% en un an). Confronté à une activité historique, l'octroi de crédit, qui dégage des marges de plus en plus limitées dans un environnement de taux bas, le secteur des assurances est devenu essentiel pour les établissements bancaires français. Les bancassureurs représenteraient même 40% du marché des assurances en France.