Près de 5 000 banquiers et commerçants gagnent plus d'un million d'euros par an en Europe

0
61

L’année 2018 aura sans doute été moins ostentatoire, avec les plus mauvaises performances des marchés boursiers au cours des dix dernières années et une chute de plus de 30% des prix des valeurs bancaires européennes. Mais en 2017, le nombre de banquiers ayant perçu une rémunération annuelle d'au moins un million d'euros et résidant en Europe a augmenté de 5,7%: ils sont 4,859. "hauts revenus" (salaires élevés), selon l'étude publiée par l'Autorité bancaire européenne (ABE) ce lundi 11 mars.

Près des trois quarts de ces dirigeants et autres commerçants d’au moins sept chiffres habitent au Royaume-Uni (73,4%), soit 3 567 personnes, un chiffre stable, ce qui montre la position dominante de Londres sur Londres en tant que centre financier de l’Union européenne. . La croissance la plus forte a été enregistrée en Norvège, avec un doublement de 25 des hauts revenus du secteur bancaire, suivie par l’Allemagne (+ 54%), le deuxième plus grand nombre de banquiers millionnaires (390). France, troisième (233 employés dépassant le million annuel, en hausse de 13,6%).

Banquiers millions d'euros commerçants ABE

[Evolution du nombre de hauts revenus dans le secteur bancaire par État membre en Europe en 2015, 2016 et 2017. Crédit : ABE]

PDG, traders et gestionnaires d'actifs

Le nombre total de ces financiers bien rémunérés a bondi de 41,7% depuis 2010 dans l’ensemble de l’UE. Sans surprise, les plus nombreux bataillons proviennent des activités de banque d’investissement (conseils en matière de fusions et acquisitions, d’émissions de dettes et d’actions, activités de marché, etc.), avec 2 541 personnes, soit plus de la moitié du total. . Employés suivis à des postes de direction (861 personnes).

Ainsi en France, un seul PDG dépasse les 4 millions d’euros (c’est Jean-Laurent Bonnafé de BNP Paribas même si l’étude ne mentionne pas de nom particulier). Deux employés ont gagné plus que lui, dans la banque d’investissement (l’un à 7,5 millions, l’autre à 11,48 millions, prime comprise).

En 2014, au lendemain de la crise financière au cours de laquelle plusieurs banques européennes ont été sauvées des fonds publics, l'Union européenne a imposé un plafond de bonus au niveau du salaire de base, voire le double si les actionnaires sont d'accord. Le ratio de la partie variable sur la partie fixe de la rémunération de ces banquiers a également diminué en 2017, à 101,08% contre 104% en 2016 et 123% en 2014. C'est dans la gestion d'actifs que le ratio est le plus élevé et a même augmenté à 402%, bien au-dessus du ratio maximum de 200%, même s’ils impliquent peu de personnes (16 dans l’UE).

Le rapport sur les chiffres pour 2018 sera publié au début de 2020. L'effet Brexit, avec la délocalisation de certains banquiers dans des pays de l'UE, dont la France, ne devrait apparaître que dans les chiffres de 2019 publiés un an plus tard.