LCL s'est écarté de certains objectifs du plan "Centricité 2018"

0
56

LCL veut aller de l’avant dans le but de "Devenir le premier des banques urbaines", mais les représentants du personnel ont voulu regarder dans le rétroviseur. A la demande des syndicats, la direction de la filiale de banque locale du Crédit Agricole en France a établi hier un rapport sur le plan "Centricité 2018", dans le cadre d'un comité d'entreprise central (CCE), selon un la source. LCL a confirmé Good Banque la tenue de cette réunion.

Présenté en 2014, ce plan, qui faisait partie du plan de sa société mère à compter de 2016 et qui l'étendait, avait vu certains de ses objectifs abaissés à partir de 2015. A partir de la croissance annuelle des revenus, qui n'était plus attendue à 0,9% , au lieu d’un objectif initial de 2%. L'ambition révisée n'a pas été atteinte, le produit net bancaire (PNB) ayant été ramené de 3,811 milliards d'euros en 2013 à 3,43 milliards l'an dernier, selon les documents financiers disponibles sur le site web du Crédit Agricole.

À l'instar de ses concurrents, LCL souffre de la politique de taux d'intérêt bas de la BCE depuis la crise financière de 2008, qui a affecté les marges nettes d'intérêt du secteur. Reste qu'après "Une légère baisse en 2018, nous confirmons la stabilisation du PNB en France" en 2019, a déclaré Jérôme Grivet, directeur financier adjoint de Crédit Agricole SA, l'entité cotée du groupe bancaire, lors de la présentation des résultats annuels le 14 février.

L’objectif de conquérir des clients individuels n’a pas été atteint non plus. Selon la même source, LCL comptait 6 millions de clients individuels à la fin de 2013, tombant à 5,8 millions à la fin de l'année dernière. Management, pour qui Centricity 2018 "Ne constitue plus une boussole", il évoque 5 997 000 clients à la fin de 2018 et préfère parler d '"estimations" plutôt que d'objectifs. Quoi qu'il en soit, l'ambition de conquérir 500 000 clients privés supplémentaires sur la période 2014-2018 n'a pas été tenue.

Sur le front de la main-d'œuvre, le réseau d'agences de LCL comptait 11 373 équivalents temps plein à la fin de l'année dernière, au lieu d'un objectif de 11 608. "Il y a eu beaucoup plus de suppressions d'emplois que prévu", juger la source. Ce n’est pas l’avis de la direction, qui indique avoir effectué 4 322 recrutements permanents sur la période 2015-2018, qui ont enregistré 1 600 départs à la retraite.