Etats-Unis / Fed: Pas pressé d'augmenter les taux, déclare Powell

0
65

WASHINGTON (Good Banque) – La Réserve fédérale ne souhaite pas "modifier à nouveau les taux d'intérêt et prendra le temps de bien évaluer l'incidence du ralentissement de l'économie mondiale sur le climat des affaires aux États-Unis. a déclaré dimanche son président Jerome Powell.

Les tarifs sont à un niveau "approprié" et "globalement neutre", a déclaré Powell, invité de l'émission 60 Minutes sur CBS. Un niveau neutre pour les taux d’intérêt signifie qu’ils ne stimulent ni ne limitent l’activité économique.

Le ralentissement économique en Chine et en Europe et d'autres problèmes internationaux représentent les plus grands risques pour les perspectives par ailleurs favorables de l'économie américaine, a-t-il déclaré, soulignant que "des résultats très négatifs".

L’interview de Jerome Powell, huit ans après l’avènement de l’un de ses prédécesseurs, Ben Bernanke, explique comment les mesures agressives prises par la Fed au cours de la récession de 2007-2009 ont porté sur un large éventail de sujets, dont: de la santé du système financier aux critiques de Donald Trump sur la banque centrale et l’impact de la crise des opioïdes sur la population active.

La phase d’expansion, qui a débuté seulement avec les 60 minutes de Ben Bernanke, en est à sa 10e année, avec un taux de chômage à son plus bas niveau jamais enregistré, et Jerome Powell, des banques mieux capitalisées.

"La crise financière a fait mal à beaucoup de gens et, bien sûr, tout ne sera pas attrapé", a déclaré le président de la Fed. Mais "notre système est beaucoup plus résilient et plus fort qu’avant la crise financière", même si les risques de cyberattaques demeurent une source de préoccupation majeure.

"Il n'y a aucune raison pour que l'économie ne continue pas à croître", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il ne voyait aucun signe de valorisation excessive des actions de Wall Street, ce qu'un autre président de la Fed, Alan Greenspan, avait par l'expression bien connue "d'irrationnel". exubérance."

Interrogé sur les critiques de Donald Trump, qui a qualifié la "folie" de la Fed d'avoir relevé les taux quatre fois par an, M. Powell a déclaré qu'il ne serait pas "approprié" de commenter directement le président. Mais il a dit qu'il ne pensait pas que le chef de l'Etat avait le pouvoir de le renvoyer en raison de divergences sur la politique monétaire.

La cible pour les fonds fédéraux, qui se situe actuellement entre 2,25 et 2,50%, reste faible par rapport aux comparaisons historiques.

La Fed a récemment adopté une approche "patiente" de ses taux d'intérêt mais Powell a assuré que cela n'avait rien à voir avec la colère présidentielle. La banque centrale ne prendra jamais en compte les "considérations politiques" lorsqu'elle décidera du niveau des taux, a-t-il déclaré.

(Howard Schneider, Véronique Tison pour le service français, édité par Blandine Hénault)