Wall Street à l'ouverture, l'économie chinoise pèse

0
49

Le drapeau américain flotte devant la Bourse de New York, Bourse de New York, 11 mars 2019 (Good Banque / Don Emmert)

Wall Street était légèrement en baisse jeudi après l'ouverture, sanctionnée par la publication de statistiques décevantes en provenance de Chine, susceptibles de susciter des inquiétudes quant à la santé dans la deuxième économie mondiale.

Vers 14h45 GMT, l'indice de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 0,07% à 25 685,79 points.

L’indice Nasdaq, avec sa forte couleur technologique, s’est déprécié de 0,09% à 7 636,50 points et le large indice S & P 500 de 0,07% à 2 809,06 points.

La veille, la Bourse de New York avait clôturé la séance, aidée par des indicateurs américains favorables, tandis que les investisseurs étaient relégués au lendemain des revers de Boeing: le Dow Jones avait pris 0,58%, le Nasdaq 0,69% et le S & P 500 0,70%, un nouveau niveau cette année.

Au cours des deux premiers mois de 2019, la croissance de la production industrielle chinoise a ralenti pour s'établir à 5,3% sur une base annuelle, contre 5,7% en décembre, ce qui est bien inférieur aux attentes et à un niveau supérieur depuis 2009 pour cette période.

Dans le même temps, les ventes au détail, un baromètre de la consommation dans le pays, ont augmenté de 8,2% au même rythme qu'en décembre.

Ces statistiques confirment l'effondrement du géant asiatique, car Pékin s'efforce de relancer l'activité.

"Les investisseurs s'attendent maintenant à des données immobilières (vendredi), qui devraient montrer un affaiblissement encore plus marqué de la demande", a déclaré Chris Low de FTN Financial.

Ceux publiés jeudi aux Etats-Unis étaient déjà déçus: les ventes de maisons neuves ont fortement chuté en janvier, contrairement aux attentes des analystes.

– Rendez-vous chez Tesla –

Les demandes hebdomadaires d'allocations de chômage ont également augmenté au niveau des indicateurs américains, selon des données publiées par le ministère du Travail.

Les prix des produits importés ont augmenté de 0,6% en février, ce qui est supérieur aux prévisions des analystes. Toutefois, les évolutions de prix sont stables si nous n'incluons pas le prix de l'énergie, a rapporté Patrick O'Hare Briefing.

"La chose la plus importante à retenir de ce rapport est qu'il ne montre pas de pression inflationniste sur une base annuelle", a déclaré O & Hare, un élément considéré comme plutôt positif par les investisseurs en bourse.

Le marché est également resté vigilant face aux rumeurs concernant la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis.

General Electric s'attend à ce qu'un bénéfice d'exploitation annuel des effets de la journée soit en pleine restructuration jeudi, mais espère une stabilisation de la situation à partir de 2020 et une amélioration en 2021. Le titre a bondi de 3,39%.

Facebook livré 2,35%. Le géant du réseau social a commencé jeudi à restaurer ses services après une énorme panne de courant sur son réseau. Le groupe a également une enquête pénale à New York sur le partage de données, selon la presse américaine.

Boeing a perdu 0,73%. Les boîtes noires du Boeing 737 MAX qui s'est écrasé dimanche en Éthiopie ont été reçues en France par une agence spécialisée qui devait collecter les données pour les chercheurs éthiopiens après le crash et l'immobilisation de tous les aéronefs du même modèle dans le monde. Le prix du constructeur aéronautique a perdu plus de 15% depuis le début du mois.

Tesla a récolté 0,36%. Le constructeur de véhicules électriques a annoncé la nomination d'un nouveau directeur financier, Zachary Kirkhorn, en remplacement de Deepak Ahuja, qui a quitté son poste de manière inattendue à la fin du mois de janvier.

Sur le marché obligataire, l’intérêt sur la dette à dix ans était proche du niveau de la veille, à 2 620%, contre 2 621% mercredi soir. La dette à un an sur 30 ans est en très légère hausse, à 3,018%, contre 3,016% à la clôture précédente.