EUROPEEN – Trois mois avant les élections, Macron revient en Europe

0
69

* Entretien avec la RAI après les tensions avec Rome
* "Nous avons besoin d'une Europe plus forte", a-t-il déclaré
* "Expression" sur l'Europe en début de semaine

PARIS, 3 mars (Good Banque) – Moins de trois mois à compter de
Elections européennes, Emmanuel Macron reprend son dimanche
offensive diplomatique et médiatique pour une Europe
"fort, uni et souverain" qu'il a été obligé de mettre
dans le fond vu la crise des "gilets jaunes" et la
"grand débat national".
Avant qu'une "expression forte" sur l'Europe soit annoncée pour le
Plus tôt cette semaine, le chef de l'Etat a donné une interview
la chaîne de télévision italienne Rai Uno, la possibilité de s'y tenir debout
l'importance de la relation entre Paris et Rome malgré
tensions sans précédent au cours des derniers mois.
Ces tensions ont atteint leur apogée début février avec
le rappel temporaire de l'ambassadeur de France à Rome pour
protester contre les "déclarations excessives" et
"interférences" de la part du Mouvement des 5 étoiles (anti-système) et
Ligue (extrême droite) dans la crise des "Gilets jaunes".
"Il y a un malentendu qui a été résolu", a déclaré Emmanuel
Macron dans l'émission "Che tempo che fa" diffusée le dimanche
le soir "Les derniers développements ne sont pas à mes yeux
sérieusement et nous devons aller plus loin. "
"L'Europe ne peut pas avancer si l'Italie ne le fait pas"
fête, "il a insisté." Pour moi, le dialogue avec l'Italie,
le dialogue avec Rome est absolument nécessaire ".
Au-delà des relations bilatérales, Emmanuel Macron, qui
placer la réforme de l'Union au cœur de son projet politique
Union européenne, a préconisé une "Europe forte"
et mis en garde contre la tentation du "retrait nationaliste".
"Je ne pense pas que la réponse à la simplification soit
le message de certains nationalistes ", a-t-il déclaré. Aucun
pays, pas en Europe, ni en Italie ni en France, il sera
problèmes qu'il a dans d'autres pays
en Europe et juste retomber sur le niveau national. Nous
résoudre nos problèmes en travaillant ensemble et, ensemble, un
stratégie envers les autres. "

"OUVERTURE BEATE" VERSUS "RETOUR À LA NATIONALITÉ"
"Nous avons besoin d'une Europe plus forte pour
vraiment reconstruire une Europe plus unie et plus souveraine,
plus fort ", at-il poursuivi. C'est le coeur de la campagne
qui s'ouvre. Cette campagne ne peut pas être entre un
ouverture heureuse et retour au nationalisme. "
"Il y a des gens qui défendent le nationalisme, qui veulent
combattre notre Europe. Je vais combattre ces gens par la force,
parce que je pense qu’ils nous récupéreraient ", at-il ajouté.
"Nous devons respecter l'identité de notre aujourd'hui
peuples et l’esprit de chacun de ces peuples, de construire (…) un
Europe souveraine en termes de défense, sur le
le changement climatique, en termes de climat et
énergie, en termes de nourriture ".
Emmanuel Macron devrait répéter ce message dans son
"expression" des jours à venir que certains pourraient dire
médias, sous la forme d’un forum publié dans plus d’un journal
Journaux européens mardi.
Ce sera "dans le contenu et dans le message" de son "intervention"
le plus fort "depuis son discours à la Sorbonne du 26
Septembre 2017, alors qu’il était le fil conducteur de son
Projet européen et fait une série de propositions
concret, dit quelqu'un à l'Elysée.
Le chef de l'Etat devrait se concentrer sur ce moment
un certain nombre de "thèmes forts" articulés autour du concept de "l'Europe".
qui protège "refusé depuis le début de ses cinq ans,
ajoute un.

"LES GENS SUR UN VOLCAN"
Le défi des élections européennes, le premier test électoral
depuis 2017, est de taille pour Emmanuel Macron dont la venue
au pouvoir avait conduit à une vague d'espoir parmi beaucoup
Leaders européens.
Dix-sept mois après son discours à la Sorbonne, le soufflé
a reculé et le chef de l'Etat représente un contexte
moins favorables, caractérisées par des tentations nationalistes et
dans certains États membres, l'approche du Brexit et un
l'affaiblissement d'Angela Merkel en Allemagne.
"Le moment qui est le nôtre est celui des gens qui
sont sur un volcan ", a déclaré Emmanuel Macron. Il y a des gens
qui pensent que nous pouvons continuer en tant que somnambules, comme si
il n'y avait rien de mal. Ils seront enterrés. & # 39;
"Je suis conscient du tragique, c'est le nôtre, et
Je vois ce qui se passe et j'ai de la difficulté
toute ma force, pas seulement pour que le pire arrive
non, mais pour construire quelque chose de nouveau ", a-t-il déclaré.
ajouté.
En France, où se dérouleront les élections du 26 mai, le parti
élection présidentielle, la République en mouvement (LaRem), alliée à
Le mouvement démocratique (MoDem), pour le moment, est au coude à coude
avec le rallye national (ancien front national) de Marine Le
Stylo dans les sondages.

(Marine Pennetier, publié par Simon Carraud)