La Bourse de Paris mise sur une résolution prochaine du conflit sino-américain (+ 0,38%)

0
7

La Bourse de Paris a pris fin le vendredi vert (+ 0,38%), réunion entre le président américain Donald Trump et le négociateur en chef chinois Liu, qui espérait une solution rapide au différend commercial sino-américain.

L'indice CAC 40 a atteint 19,74 points à 5 215,85 points. La veille, il était fermé en parfait équilibre.

Au cours de la semaine écoulée, il a augmenté de 1,22%. Le bénéfice depuis le 1er janvier est de 10,25%.

La côte parisienne s’est ouverte en très léger recul avant de gagner du terrain.

"Le marché est plutôt dans une phase de report, il y a eu des marges de portefeuille, les investisseurs prendront un peu plus de risque", a déclaré l'Good Banque Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France.

"Les acteurs du marché ont vu de nombreuses publications d'entreprise, ils vont désormais se concentrer sur la macroéconomie et examiner la dynamique des opérations aux États-Unis et les différentes évolutions politiques", a-t-il déclaré. détaillé.

Un feuilleton qui a gardé les opérateurs en suspens: les négociations commerciales entre le Sino et les États-Unis.

Ils ont notamment attendu la rencontre entre le président américain Donald Trump et le négociateur en chef chinois Liu He prévue vendredi à Washington.

Trump a laissé entendre ces derniers jours qu'il pouvait reporter la date butoir du 1er mars pour la conclusion d'un accord commercial avec la Chine, mais rien n'a encore été filtré de manière très concrète.

"La côte parisienne s'est beaucoup améliorée ces derniers temps. Cette augmentation est en grande partie due à l'hypothèse de progrès dans les discussions entre les Chinois et les Américains", a déclaré Rozier.

"S'il n'y a qu'un peu de progrès, cela peut conduire à une déception", a-t-il déclaré.

Du côté européen, les investisseurs ont examiné les informations relatives au Brexit car le calendrier de la procédure est devenu plus clair.

Theresa peut partir jusqu'au 26 février pour trouver une issue. Sans autre accord sur cette date, un nouveau débat aura lieu le lendemain au Parlement sur la voie à suivre.

– Sopra Steria se retire du jeu –

Du côté des indicateurs, le moral des entrepreneurs allemands est retombé en février, au plus bas depuis décembre 2014, selon le baromètre Ifo.

L’inflation a ralenti dans la zone euro en janvier, en hausse de 1,4% d’une année à l’autre, pour atteindre 1,5% en décembre, d’après Eurostat.

Les titres de Sopra Steria ont augmenté de 17,80% à 106,90 euros, profitant des résultats de 2018 légèrement supérieurs aux attentes et d’une légère amélioration prévue de la marge opérationnelle pour 2019.

En revanche, Europcar Mobility recule de 7,98% à 7,14 euros, malgré un bénéfice net multiplié par 2,3 en 2018, à 139 millions d’euros.

L’action Edenred a augmenté de 5,24% à 39,80 euros, grâce à un bénéfice net de 5,2% à 254 millions d’euros et à la confirmation des objectifs pour l’année en cours.

Saint-Gobain est en baisse de 1,64% à 32,41 euros, impacté par une baisse du résultat net due à des dépréciations massives d’actifs en fin d’année, en partie liée à un programme de cession d’actifs.

Valeo a diminué de 0,18% à 27,89 euros, sanctionné par un bénéfice net de 38% en 2018, à 546 millions d'euros.

Eutelsat a cédé 4,73% à EUR 18,22 suite à l'annonce par Bpifrance de la vente de 6,67% de sa participation dans le capital de l'opérateur de satellite européen, qui devrait en conserver près de 20% d'ici la fin de l'année. l'opération.

Le Groupe Flo a progressé de 2,76% à 0,22 euro. Le groupe a considérablement réduit ses pertes l’an dernier et a nommé Christophe Gaschin, ancien PDG.

vac / kd / eb