Les investisseurs étaient prévenus depuis le 17 janvier: Société Générale avait connu des turbulences sur les marchés boursiers mondiaux à la fin de l’année, ce qui devrait entraîner une baisse d’environ 20% des revenus tirés de ses activités de marché. Aucune surprise majeure donc dans la publication des résultats annuels présentés ce jeudi 7 février. La baisse du produit net bancaire tiré des activités de marché a été de 18,7% au quatrième trimestre, en raison de "L'élargissement des spreads de crédit et moins de liquidité sur le marché des actions", explique le groupe.

"Contrairement à d'autres annonces, nous n'avons pas de perte. Notre banque de marché est mal rentable mais elle est rentable", a déclaré William Kadouch-Chassaing, directeur financier, lors de la présentation des résultats à la presse.

La division de marché a réalisé un bénéfice net de 13 millions d’euros au quatrième trimestre 2018, pour un chiffre d’affaires de 1,09 milliard d’euros, contre un bénéfice de 203 millions d’euros pour la même période de l’année précédente. Le jour d'avant, BNP Paribas enregistre une perte de 225 millions d'euros avant impôts dans son activité Global Markets. Natixis (une filiale de BPCE) a averti en décembre que perte sur dérivés sur actions en Asie amputerait ses revenus de 100 millions d'euros et une provision de 160 millions d'euros aurait un impact supplémentaire sur le résultat. Société Générale a toutefois annoncé le remplacement immédiat du directeur des activités de marché, Frank Drouet, Jean-François Grégoire.

En revanche, dans le financement et le conseil, Société Générale a connu en 2018 "Une année record", grâce au financement des actifs aérospatiaux, maritimes, immobiliers et transactionnels (gestion de la trésorerie par exemple): au cours du trimestre, l’activité a progressé de 18,6% et le bénéfice de 6,7%.

Les taux sont lents à récupérer

Dans la banque de détail en France, l’impact des taux bas a continué de peser sur les marges d’intérêt. L’activité a diminué de 5,5% au dernier trimestre et de 1,8% sur l’année, ce qui est conforme à la prévision (abaissée en août) de 1% à 2% (contre une stabilisation attendue). Cela a amené la banque à revoir les objectifs du plan 2020.

"Nous avons dû ajuster nos hypothèses sur les taux. Nous pensions que la normalisation serait plus rapide sur les taux à court terme, le plus important pour les versements sur dépôts. Ce nouveau scénario de taux d’intérêt aura un impact de 500 millions d’euros sur le groupe. les revenus en 2020, dont les deux tiers dans la banque de détail en France ", a déclaré le directeur financier.

Soc Gen n'est pas en mesure de faire rapport sur l'évolution du produit net bancaire en France cette année. Philippe Aymerich, responsable de l’ensemble de la banque de détail, a recouvrement des revenus ", Sans s'engager sur le fait qu'il s'agirait d'une baisse moindre ou d'une progression, soulignant le" ton commercial. "

"Nous sommes durement frappés par les taux négatifs de la banque de détail", a insisté le directeur financier. "Il ne s'agit pas uniquement d'un régime de taux d'intérêt bas, mais également d'un régime de taux d'intérêt négatifs: nous ne pratiquons pas de taux de dépôt négatifs sur les dépôts, mais nous devons placer ces dépôts à très court terme par précaution", [les dépôts excédentaires des banques se voient appliquer un taux de -0,40% par la BCE, ndlr].

La banque de détail en France aura également l’impact de l'effort citoyen demandé au secteur bancaire dans le contexte des gilets jaunes ", Un gel des coûts, qui s'élèvera à 70 millions d'euros cette année.

" Très peu de banques en Europe ont la capacité d'augmenter leurs revenus avec des taux bas A déclaré Frédéric Oudéa, directeur général de Gen Soc.

En conséquence, le groupe bancaire a abaissé ses objectifs financiers à 2020: s'il maintient son objectif d'un ratio de fonds propres (CET1) de 12% et d'un taux de distribution de dividendes de 50%, il ne vise pas plus qu'un retour sur investissement tangible. capital (ROTE) compris entre 9% et 10% contre 11,5% initialement.

Les actions de la Société Générale, qui avaient gagné 5% jeudi dans les premiers échanges, ont fait demi-tour et ont perdu 1,87% tard le matin.