La Fonderie Fonte s'est déclarée en défaut de paiement le 1er février et avait demandé son placement sous séquestre.
Après une semaine de réflexion, le tribunal de commerce de Poitiers a validé cette demande.
La société Ingrandes-sur-Vienne emploie plus de 400 personnes et connaît depuis de nombreuses années des difficultés qui ont été aggravées par la crise du diesel qu’elle traverse.

103 suppressions d'emplois annoncées en octobre 2018

La Fonderie du Poitou Fonte est spécialisée dans la conception et la fabrication de carters moteurs en fonte pour les constructeurs automobiles. Elle a a été fondée en 1981 par le groupe Renault et par la suite changé plusieurs fois de propriétaires. Renault est toujours le principal client à 70% suivi de Fiat. À partir de 2018, la société a été confrontée à une baisse significative des commandes des constructeurs automobiles et a lancé un plan de protection de l'emploi (PSE) en octobre 2018, avec 103 suppressions de postes à la clé.

Allons-nous vers un rapprochement des deux sites fonderies?

Ce vendredi, les employés de la Fonderie Fonte ont observé un mouvement de grève de 24 heures. Ils ont été rejoints par leurs collègues du site voisin de St-Jean Industries (anciennement Fonderie Alu) et ont été transférés à Poitiers devant le tribunal de commerce où s'est tenue l'audition sur l'avenir de leur entreprise.
Les employés de la Fonderie Fonte étaient accompagnés de Nicolas Turquois, député du district chargé de la modération, qui s’inquiétait de l’emploi dans la zone industrielle de la Vienne du Nord.

Les difficultés rencontrées par la Fonderie Fonte font écho à celles du site voisin de St-Jean Industries (anciennement Fonderie Alu) qui a également été placée sous séquestre et attend toujours un acheteur. Seul groupe en lice, le groupe anglais Liberty House a annoncé qu'il supprimerait 125 des 350 postes actuels (plus 50 temporaires) du site et générerait un investissement compris entre 4 et 5 millions d'euros. La décision du tribunal de commerce de Lyon doit être annoncée au milieu de la semaine prochaine.

Liberty House pourrait s’intéresser au rétablissement complet des deux sites autrefois jumelés, mais quelles seraient les conséquences sur l’emploi? Les syndicats s'inquiètent de la possibilité de nombreuses suppressions d'emplois.

Le récit de Sophie Béchir, Thomas Chapuzot et Christophe Pougeas:

La mise sous séquestre de la Fonderie Fonte validée par le tribunal de commerce
Rapport de Sophie Béchir, Thomas Chapuzot et Christophe Pougeas
Conférenciers: Joël Bourdilleau, opérateur de fonderie aux Fonderies du Poitou: 37 ans d'opérateur Fondeur d'opérations aux 37 ans de Fonderies du Poitou, et Jean-Yves Huet, représentant du personnel des fonderies de Poitou Alu