Patrick Le Hyaric, directeur du journal "L'Humanité". (NATHALIE LOPES / FRANCE-CULTURE)

Par Franceinfo – Radio France

Mis à jour le 07/02/2019 | 21h28 – publié le 07/02/2019 | 21h28

Le placement sous séquestre "est une chance pour nous de rebondir", a déclaré Patrick Le Hyaric.

"Nous sommes en train de faire plus de 700 000 euros de dons", a annoncé jeudi 7 février sur franceinfo Patrick Le Hyaric, le directeur de Humanité alors que le journal a été placé le même jour dans réparation légale par le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Humanité a appelé à la mobilisation du 28 janvier pour venir soutenir le journal qui connaît de graves difficultés financières.

Placement sous séquestre "est une chance de rebondir", a également souligné Patrick Le Hyaric. "Nous allons nous battre pour Humanité être soutenus et jouer un rôle dans la société. "

franceinfo: Cette décision du tribunal de commerce est-elle une suspension de Humanité ?

Patrick Le Hyaric: Pas nécessairement un sursis. C'est plutôt une chance pour nous de rebondir, de créer les conditions, de reconfigurer notre économie, de mobiliser les forces autour de nous afin de pouvoir nous ressusciter et être à la balance de l'exploitation. Il n'y a pas que Humanité qui est en difficulté. La différence entre nous et les autres journaux est que d’autres journaux sont soutenus par des groupes industriels et financiers qui compensent les déficits. Ce qui n'est pas notre cas. Nous sommes soutenus par une force populaire, nos lecteurs, nos lecteurs, nos amis. Tous les journaux des médias généralistes et politiques sont malheureusement en difficulté. Nous devons réinventer un modèle économique, mixte, papier et numérique.

Humanité était tombé en arrière sur Internet?

Humanité ne pas tomber en arrière. Mais nous croyons que ce modèle n’est pas si simple. La valeur des abonnements sur le numérique est infiniment inférieure à celle sur le papier. Pour un abonnement papier aujourd'hui, il y a quatre abonnements numériques. Pour économiser de l'argent avec ça, c'est plus compliqué qu'on le dit parfois. Ce dont je suis sûr, c’est que nous nous battrons pour Humanité est soutenue, se développe et joue un rôle dans la société.

Il y a une grande mobilisation autour Humanité. Le journal a appelé à des dons. Combien d'argent avez-vous amassé?

Nous sommes en train de dépasser 700 000 euros dans la collecte de dons de particuliers, de syndicats, de sections du parti communiste, d'instituts de recherche et de fondations. Il y a une grande mobilisation. Il y aura une belle soirée le 22 février qui permettra aux actrices et aux acteurs de la presse, du monde culturel et des représentants du personnel de témoigner et d'apporter leur soutien à Humanité.