Les banques belges veulent reconquérir leurs employés dans le secteur de la santé

0
16

Échangez le costume contre la blouse blanche. En Belgique, c'est la proposition initiale que Febelfin, la fédération du secteur financier, vient de lancer pour atténuer la crise. Comme en France notamment, l'écosystème des banques il est bouleversé par la montée des services numériques et de l'intelligence artificielle, ce qui conduit fermeture d'agences moins fréquentés et destruction d’emplois obsolètes ou automatisés. En conséquence, bien que a repris ses forces après la crise de 2008 , le secteur bancaire belge est passé de 75 000 à 61 000 employés en dix ans et le déclin va se poursuivre, préviennent les professionnels.

Prêts et formations

Febelfin veut faciliter les transferts à d’autres secteurs qui ont du mal à recruter. Un protocole a été signé fin 2018 avec les syndicats pour former les futurs ex-employés à de nouveaux emplois liés à des employeurs potentiels, à commencer par la santé, le premier secteur à avoir dit banco à un partenariat. Plusieurs options seront proposées aux employés, notamment le test d'un nouvel emploi par une affectation temporaire ou le "prêt" d'employés seniors, en partageant leur salaire.

Le secteur de la santé offrira aux employés de banque l'opportunité de commencer leur formation d'infirmière ou d'assistante infirmière d'un an à quatre ans à compter de septembre 2019. Les transferts à l'administration de l'hôpital sont également étudiés. "Une rémunération sera versée pendant la formation, soutenue par le futur employeur, à l'aide de fonds sociaux pour la formationRodolphe de Pierpont, porte-parole de Febelfin, dans le quotidien "L'Echo". le
idée a été testée, il y a une demande pour changer de cap. "

La paix sociale

Les syndicats ont mis en place des garde-fous. "Ce n'est que lorsqu'il n'y a plus aucune possibilité à la banque, ou à la demande expresse du travailleur, que l'on peut envisager des opportunités à l'extérieur, avec l'accord du comité d'entreprise"a expliqué Jean-Michel Cappoen, secrétaire général de Setca-FGTB.

Jusqu'à présent, la baisse du nombre d'employés dans la banque belge s'est principalement manifestée par la mobilité interne et les départs volontaires, y compris les pré-retraites coûteuses. Mais d’autres solutions sont maintenant nécessaires pour éviter trop de mises à pied et maintenir la paix sociale. Le secteur de la logistique, tiré par la croissance du commerce électronique, est le prochain partenaire cible. Il devrait rapidement entamer les discussions avec Febelfin.

Derek Perrotte

Bureau de Bruxelles