Protection de l'enfance: un système en danger?

0
11
Voir la vidéo

Par France 2 – France Télévisions

Mis à jour le 08/01/2019 | 21h26 – publié le 08/01/2019 | 21h26

Les juges pour enfants du tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis) sont inquiets. En novembre, ils ont lancé un appel à l'aide face au manque de ressources, qui met certains mineurs en danger. Les mesures de placement et d'éloignement ne sont parfois pas appliquées pendant des mois, voire des années. Les dégâts sont parfois irréversibles.

Ce sont des enfants et des adolescents qui sont maltraités ou abandonnés par leurs parents. En France, 240 000 personnes sont identifiées comme "en danger" et la justice a décidé de protéger. Mais les mesures ordonnées, les placements à domicile ou les accompagnements d'un éducateur prennent parfois des mois avant d'être appliqués, faute de moyens. Quelles sont les conséquences pour ces enfants entre-temps? Comment améliorer le suivi de ces mineurs en détresse? Avant de rencontrer son éducatrice, cette fille majeure d'aujourd'hui a dû attendre des mois avant de déclarer avoir été victime des troubles psychiatriques de sa mère. Il y a un an et demi, l'adolescent s'est réfugié dans une maison. Un juge des enfants ordonne ensuite des rendez-vous réguliers avec un travailleur social, mais rien ne se passe pendant six mois. Son professeur a déjà 26 enfants à suivre. Impossible pour elle d'intervenir plus tôt.

Rien qu'en Seine-Saint-Denis, près de 900 mineurs souffrant attendre d'être accompagné. Le conseil de comté, chargé de la protection des enfants, investit 250 millions d'euros chaque année. Un budget croissant, mais les besoins explosent. En 2017, près de 3 900 enfants à risque ont été signalés dans le département, soit une augmentation de 12% en un an. Dans cette association spécialisée, plus de 500 familles attendent, soit deux fois plus qu’il ya trois ans. Les travailleurs sociaux n'ont d'autre choix que de hiérarchiser les fichiers. Gagner la confiance de ces mineurs est un impératif pour les éducateurs, qui peuvent être tenus pénalement responsables en cas de tragédie. Tous demandent un soutien financier de l'Etat pour pouvoir protéger sans délai tous les enfants en danger.