Société Générale acquiert Treezor, une plateforme de services bancaires

0
23

Société Générale poursuit sa stratégie d'innovation ouverte pour se positionner en tant que fournisseur de solutions pour la Fintech et les néo-banques. Après Lumo en juin dernier, c'est au tour de la Fintech Treezor de passer sous le drapeau de la rive de la Défense. Décryptage.

Société Générale se situe dans l'écosystème Fintech

le société Générale a annoncé le 27 septembre dernier l'acquisition de Fintech Treezor. Cette opération fait suite à l’acquisition de la plateforme d’économies d’énergie renouvelables Lumo, en juin dernier. participe pleinement à la stratégie "Transform to Grow" du groupe Société Générale. La banque mise clairement sur l'open banking en exploitant les opportunités offertes par l'application de la directive européenne sur les paiements (PSD2).

Claire Calmejane, directrice de l'innovation à la Société Générale, explique dans le communiqué de presse accompagnant l'annonce de l'acquisition de Treezor: " Cette acquisition fait partie de notre approche en matière d’innovation ouverte et de collaboration entre FinTech et les banques. Le modèle de plateforme Treezor permettra au Groupe de soutenir le développement des sociétés fintech clientes de Treezor et de nos activités afin de s’ouvrir aux acteurs externes de l’écosystème Fintech. continuer à satisfaire nos clients en leur fournissant rapidement des services innovants ".

Treezor, partenaire de la Fintech et des néobanques

Qui est Treezor? La Fintech est une plate-forme pionnière dans l'hexagone sur l'activité de la banque en tant que service. Treezor distribue les services bancaires et l’ensemble de la chaîne de paiement via API aux sociétés opérant dans le secteur financier. Parmi les trente clients, on peut citer l'application de paiement entre amis Lydia, la néobanque dédiée aux PME Qonto, Neobanque Anytime, l’application Déjeuner de pré-commande et le compte Free Shine Independent Pro.

Treezor s’adresse aux acteurs des secteurs de la banque et du commerce de détail, du commerce électronique, des plates-formes collaboratives, etc. La Fintech a approuvé l’établissement de monnaie électronique avec services de paiement auprès de l’Autorité de contrôle et de résolution prudentiels (ACPR). Il offre des services d'ouverture de compte, de paiement, de carte de paiement personnalisée et d'identification du client (KYC). Il propose ses services en marque blanche aux joueurs avec ou sans licence bancaire.

Treezor bénéficie de l'expertise et des capacités industrielles de la Société Générale

L'aventure de Treezor a commencé en 2015, sous la direction de Grégoire Bourdin, Éric Lassus et Xavier Labouret. Les fondateurs avaient initialement conçu un site de pool en ligne il y a dix ans. Après avoir tourné leur modèle et indiqué qu'ils recherchaient des investisseurs, ils ont finalement opté pour une sortie industrielle.. Pour Eric Lassus, directeur général de Treezor, " La force de notre proposition de valeur réside dans notre capacité à anticiper les besoins de nos clients, en mettant un accent particulier sur le marché de la technologie financière. ".

Il a expliqué la fusion avec le groupe Société Générale comme une confirmation de " notre position de référence en Europe et notre volonté de répondre aux projets les plus exigeants. Ces nouvelles perspectives élargiront la portée de notre offre et notre capacité à innover ". Treezor compte environ 30 employés et réclame, au cours de ses deux années d'activité, la gestion de volume de 3 milliards d'euros par an et l'émission de 300 000 cartes de paiement. L'achat de Treezor par la Société Générale nécessite actuellement l'approbation de l'ACPR.