L'association nationale de défense des consommateurs et des utilisateurs (CLCV) émet un avertissement concernant les écarts de performance entre les contrats d'assurance vie. L'organisation demande aux compagnies d'assurance de faire preuve de plus de transparence dans la redistribution des bénéfices. Explications

Baisse des rendements et manque de transparence

Une étude de la CLCV, publiée en septembre dernier, alerte déjà les épargnants " manque d'équité dans l'attribution de la performance ". Les rendements servis par les contrats d'assurance vie varient de un à trois (de 0,75% à 3,5%). D'où l'intérêt de comparer les offres du marché pour sélectionner le contrat deassurance-vie la plus belle. La question de la performance des contrats d’assurance vie dans des fonds en euros garantis est devenue une priorité, car elle permet maintenant d’inflation. Le taux moyen payé en 2017 était de 1,8%, exactement le niveau de l'inflation pour 2018. Toutefois, les experts s'attendent à une baisse des taux servis par l'assurance vie en 2018 d'environ 1,6%, synonyme d'une baisse du pouvoir d'achat des épargnants effectuant ce type d'investissement.

Un produit d'épargne toujours privilégié par les Français en 2018

L’assurance vie, cependant, reste un produit populaire parmi les Français malgré des rendements plus bas. La collection enregistrée au cours des onze premiers mois de 2018 est de 23 milliards d'euros. La Fédération Française des Assurances constate même un pic en novembre avec une collecte nette de 2,7 milliards d'euros. Philippe Crevel, directeur du Cercle d'épargne, une société de recherche en épargne et réglementation, explique que " L’assurance vie bénéficie d’une part de l’augmentation du taux d’épargne des ménages, qui atteindrait, au dernier trimestre, 15,6% du revenu disponible brut et, d’autre part, de la moindre attractivité du régime. L'épargne logement, qui a cessé d'être un concurrent depuis la baisse de son retour et de sa fiscalité. ".

Retour de l'assurance vie: un taux de redistribution en baisse

Pour regagner une marge de manœuvre, le CLCV milite pour " une redistribution plus élevée des bénéfices de sorte que les détenteurs de fonds en euros ne perdent pas leur pouvoir d'achat sur leur épargne. ". L'association de protection des consommateurs note également le manque de transparence des sociétés d'assurance caractérisées par des contrats peu clairs et des refus de participer à l'enquête pour 58,2% des professionnels. Le rendement moyen est notamment réduit du poids des frais de gestion. Sur une période de huit ans, le taux moyen de redistribution des prestations du panel étudié atteint " 71,29% contre 75,21% l’année dernière. Et les différences sont significatives, de 109,16% pour l’un des contrats proposés par la MAIF à 50,5% sur un produit géré par CNP Assurances pour la Caisse d’Epargne. ". Ce sont les bancassureurs qui présentent les rémunérations les moins attrayantes. Leur taux est de 19,84% après huit ans contre 26,38% pour la concurrence. La comparaison des contrats d'assurance vie est donc très importante, d'autant qu'il faut rappeler que ce produit n'est pas transférable d'une institution à une autre.

Comparez les frais de gestion des contrats d'assurance-vie

La souscription d'une police d'assurance vie en ligne reste une solution pertinente même si les taux payés en 2017 fluctuent: 1,77% sur les fonds en euros chez Boursorama Banque et ING Direct, 1,92% chez monabanq, 2% chez Placement-Direct, 2,15% pour BforBank ou 2,80 % à Fortuneo. En terme de coût, banques en ligne imposer pas de frais sur les paiements sur leurs fonds en euros et sur les unités de compte. Ils ne facturent pas non plus de frais d'arbitrage, tout en offrant un nombre de 1 000 arbitrages gratuits par an. Les frais de gestion sur les fonds libellés en euros vont de 0,60% (BforBank, Fortuneo, monabanq) à 0,75% (Boursorama, ING Direct), tandis que les frais de gestion par unité varient de 0,75%. (Boursorama, Fortuneo) à 0,85% (BforBank, ING Direct). Ainsi, sur ce critère strict des frais de gestion, Fortuneo est le plus intéressant, ING Direct le plus cher. Notons qu'en moyenne, les frais de gestion des fonds en euros sont compris entre 0,4% et 0,8% et ceux en unités de compte, autour de 1%.