Acte IX: "Gilets jaunes" attendus à Bourges, Paris et dans toute la France

0
28

L'acte IX de la mobilisation des "gilets jaunes" s'est poursuivi samedi 12 janvier, deux mois après la première journée d'action du 17 novembre et trois jours avant le lancement du "grand débat national" recherché par Emmanuel Macron. En début de soirée, le ministère de l'Intérieur a dénombré 84 000 manifestants sur l'ensemble du territoire français (dont 8 000 à Paris), soit près de 35 000 de plus que la semaine précédente.

Après une diminution de la mobilisation pendant les vacances, la manifestation avait déjà rebondi le 5 janvier avec 50 000 manifestants (dont 3 500 dans la capitale). Pour ce neuvième samedi, plusieurs personnalités du mouvement avaient lancé plusieurs appels: Paris, Bourges et plusieurs autres grandes villes. Certains défilés ont été semés de violence en fin de journée, mais aucun débordement majeur n’est à déplorer.

  • 5 000 personnes à Bourges

Quelque 5 000 personnes ont marché à Bourges (Cher), en dehors du centre historique, tandis que la préfecture a interdit tout rassemblement dans le centre-ville. Sur le parcours de la manifestation, les rues menant au centre-ville ont été fermées par des cordes de policiers.

L’événement a été précédé d’un discours de Maxime Nicolle, dit "Fly Rider"et Priscillia Ludosky, deux personnages de "gilets jaunes" qui avaient, pour la première fois, convoqué le rassemblement à Bourges. La ville a été choisie en raison de sa position géographique centrale et du fait qu’elle un peu moins connu de la police " éviter "Nassages" et des tensions avec la police, a expliqué Maxime Nicolle.

# Act9 les #YellowCards commencent à défiler sur le boulevard #Bourges outdoor après un bref exposé de Maxi … https://t.co/4eYudR2o6V

– ChristopheAyad (@Christophe Ayad)

Malgré l'interdiction, environ 500 "gilets jaunes" ont défilé dans le centre historique. Selon notre journaliste sur place, des tensions avec la police ont éclaté dans l'après-midi. Au crépuscule, la manifestation s'est terminée par un affrontement entre canons à eau et gaz lacrymogène. En marge de la mobilisation, dix-huit personnes ont été arrêtées, selon la préfecture.

# Act9 Des manifestants à #Bourges ont érigé une barricade à Sirocourt. La confrontation s'annonce violente. … https://t.co/oja3Xc5PSu

– ChristopheAyad (@Christophe Ayad)

  • À Paris, affrontements dans le quartier des Champs-Élysées

A Paris, le cortège de "gilets jaunes" est parti vers 11 heures du ministère de l'Economie et des Finances de Bercy (12ème arrondissement). Il s’est arrêté vers midi sur la place de la Bastille pour terminer Place de l’Étoile, au sommet des Champs-Élysées. Sous le mot d'ordre "Nous ferons les ventes à Paris!", l’appel a été relayé sur les réseaux sociaux dont Eric Drouet, l’une des figures du mouvement.

Parmi les slogans scandés par les manifestants: "Christophe libre", en référence à l'ancien boxeur Christophe Dettinger, filmé frapper deux gendarmes samedi dernier, "Benalla en prison!", "Démission de Macron!" ou "Emmanuel Macron, chef d'escroquerie, nous venons vous chercher à la maison!". En tête de la procession, un service de commande muni de brassards blancs indiquait le chemin à suivre.

Toujours Friedland Avenue. Ambiance de bonne humeur ici, malgré l’odeur de la larme #Yellowguns https://t.co/tzsJF3tPMt

– y_bouchez (@yann stop)

Après une matinée sans incident, la manifestation parisienne a été le théâtre d'affrontements projetant des gaz lacrymogènes dans les environs des Champs-Élysées et autour de l'Arc de Triomphe. Pour repousser les manifestants, la police a également beaucoup utilisé des canons à eau.

Sur les Champs Elysées. Quelques détonations au loin, avant l'avancée du camion citerne, suivies du GJ … https://t.co/n8AtRi3Zbx

– pibzedog (@Pierre Bouvier)

À 19 h 30, les forces de sécurité ont annoncé avoir arrêté 156 personnes dans la capitale, notamment pour "participation à un groupe qui commettait des actes de violence", "porteur d'une arme prohibée", "violences à l'encontre des agents de la force publique" ". des personnes ont été placées en garde à vue, selon le même rapport.

Invocations et lachrymos près de l'Arc de Triomphe, même chose sur les Champs #giletsjaunes #acteIX # 12janvier https://t.co/21M2zFbOpM

– pibzedog (@Pierre Bouvier)

Le préfet redouté hier "Plus radical", prétendant observer "Semaine après semaine, une dérive vers un comportement de plus en plus violent". Cinq mille membres des forces de sécurité se sont mobilisés dans la capitale, avec le renforcement de quatorze véhicules blindés à roues de la gendarmerie.

  • Manifestations dans plusieurs grandes villes

Environ 6 000 "gilets jaunes" ont manifesté à Bordeaux, selon la préfecture, contre 4 600 samedi dernier. Une mobilisation qui consacre une fois de plus la capitale de la Nouvelle-Aquitaine comme l'une des places fortes du mouvement en France.

Le rallye s'étend sur 1 km à Bordeaux, plus que la semaine dernière selon les #gilestjaunes interrogés

– clrmayer (@Claire Mayer)

Une autre place forte: Toulouse. Ils étaient également 5 000 à marcher dans la ville rose, selon la préfecture. La procession a commencé à défiler tranquillement à 14 heures dans le centre, avant de faire la jonction avec les cinquante manifestants rassemblés à l'appel de la CGT pour soutenir les demandes d'augmentation du pouvoir d'achat.

À Saint-Brieuc, 2 300 manifestants (selon la police) venus de toute la Bretagne ont défilé dans les rues de la ville, où des incidents ont éclaté lorsque les manifestants sont arrivés devant la préfecture en fin d'après-midi, où une trentaine de policiers avaient pris supporter. Plusieurs manifestants ont été blessés, a déclaré un journaliste de l'AFP, qui a pu voir l'un d'entre eux touché par un lanceur de balle défensif.

À Lille, entre 1 500 et 1 800 personnes selon la préfecture, 3 000 ou plus selon les "gilets jaunes", ont montré dans le calme – un chiffre nettement supérieur à celui de la semaine dernière.

"Christophe libre", "benalla en prison" et "démission de macron" scandés par une foule d'au moins 2000 vestes … https://t.co/FLGsHyaW6u

– lmoniez (@Laurie Moniez) Lisez aussi le rapport: A Lille, les "gilets jaunes" "ne gênent pas les braves gens"

Ils sont également, selon les préfectures, quelque 2 600 manifestants à Nantes, 3 000 à Caen, 2 500 à Rouen, 1 500 à Strasbourg, 1 200 à Saint-Étienne, 1 000 à Lyon, 200 au Touquet (Pas-de-Calais), près de la villa d'Emmanuel et Brigitte Macron. De 150 à 200 "gilets jaunes" ont bloqué en milieu de journée le trafic sur le viaduc de Millau. Plusieurs manifestations ont été ponctuées d'affrontements entre "gilets jaunes" et la police.

Au total, le ministère de l'Intérieur a annoncé 244 arrestations qui ont abouti à 201 mises en garde à vue par la police dans tout le pays. "La responsabilité a triomphé de la tentation de la confrontation"a salué le ministre Christophe Castaner dans un communiqué envoyé à l'AFP.

L’acte IX de la mobilisation est intervenu au tout début des soldes d’hiver, samedi décisif pour le chiffre d’affaires des commerçants, dont l’activité a été très perturbée par les manifestations de novembre et décembre.

Notre sélection d'articles pour tout comprendre en "gilet jaune"

La section pour trouver tous nos contenus (décryptages, rapports …) est accessible sur cette page.

La mobilisation a dit

Les origines du mouvement

Carburant, pouvoir d’achat, RIC: les raisons de la colère

La réponse politique d'Emmanuel Macron

Affrontez la police et la justice