Le Comité consultatif du secteur financier (CCSF), soutenu par la Banque de France, publie le septième chapitre de son rapport annuel sur les taux bancaires. Quelles sont ses conclusions? Frais de maintenance de compte pour les services en ligne: un aperçu.

Quelle est l'évolution annuelle des taux présentés sur l'extrait standard?

Le septième rapport annuel de l'Observatoire des tarifs porte sur les pratiques commerciales de 112 institutions (104 banques en réseau et huit banques en ligne). Deux nouveaux acteurs ont également été ajoutés à la liste des banques en ligne: BforBank et Orange Bank. Par contre, bonjour la banque! ne fait toujours pas partie de l'échantillon proposant un taux de représentativité très élevé couvrant 98% des comptes de particuliers.

L’examen détaillé de l’extrait standard de frais bancaires entre le 31 décembre 2016 et le 31 décembre 2017 révèle plusieurs développements. Cinq taux bancaires sont en hausse Abonnements permettant de gérer vos comptes sur Internet, la carte de débit internationale, la carte de paiement avec autorisation systématique, les virements occasionnels SEPA et les frais de gestion de compte qui ne cessent de croître.

Cinq taux sont en baisse : alertes sur l’état du compte par SMS, établissement des prélèvements, carte de paiement internationale, frais d’intervention et assurance en cas de perte ou de vol de moyens de paiement. Et trois sont stables : retrait en euros d'un autre guichet automatique de la zone euro, frais de transfert internet et prix unitaire.

Frais de gestion de compte et coût des cartes bancaires

L'Observatoire des taux bancaires se préoccupe également de l'évolution des coûts à long terme. Entre le 31 décembre 2009 et le 5 janvier 2018, les frais de maintien de compte actif ont augmenté le plus, passant de 8 euros à plus de 19 euros par an.. Si, en janvier 2011, 53 établissements bancaires appliquaient la redevance gratuite pour les frais de gestion du compte, ils ne sont plus que 13 à compter du 1er janvier 2018 (dont 5 banques en ligne). Sans surprise, les banques en ligne sont moins chères (9,75 euros) par rapport aux banques en réseau (19,23 euros).

Parmi les taux d'escompte des banques au cours de la dernière décennie, on peut citer le coût annuel de Cartes bancaires : la carte de débit internationale de 35,76 euros à 41,80 euros, la carte de paiement avec autorisation systématique de 28,78 euros à 31,67 euros, et la carte de débit internationale de débit 43,16 euros à 43,95 euros. La baisse des taux d'escompte sur cette période concerne le coût annuel de l'alerte sur la situation du compte SMS de 28,78 euros à 22,99 euros, à compter de l'introduction d'un prélèvement de 3,28 euros à 0,21 euro, et notamment abonnement internet de 9,98 euros à 1,74 euros.

Le prix des services bancaires en ligne réduit par la concurrence

La concurrence des banques et des néo-banques en ligne a contraint les banques traditionnelles à réduire le coût des services en ligne. La consultation des déclarations sur son espace personnel et la réalisation d'un transfert occasionnel via Internet sont par exemple gratuites. Laurent Trichet, fondateur de Semaphore Conseil, un cabinet d’analyses ayant contribué à l’étude du CCSF, note que " les banques en réseau mettent de plus en plus de services bancaires gratuits dans leur vie quotidienne pour éviter la fuite de leurs clients vers les banques en ligne. ". Cette observation est illustrée par l’offre de banque mobile de 2 euros du Crédit Agricole, Eko par CAet des caisses d’épargne (Enjoy).

L’agressivité des politiques d’acquisition de clients promues par la banque en ligne remet toutefois en question la durabilité de leur modèle économique. Rester compétitif tout en préservant ou en augmentant son produit net bancaire, les banques traditionnelles ont recours à des produits et services bancaires non inclus dans l'extrait de taux standard. C'est notamment le cas des coûts liés aux incidents bancaires avec un alignement quasi systématique sur les plafonds réglementés. En tant que tel, l'observatoire est touché par la hausse de 6,03% enregistrée sur le coût annuel des cartes avec autorisation systématique, un moyen de paiement utile pour les personnes en situation de fragilité financière et même un plébiscite comme en témoignent les succès de Nickel ou de Boursorama et sa gratuité. offrir un revenu inconditionnel.